francefr
Au-delà des exclusions : comment les investisseurs peuvent-ils aborder l’ID

Au-delà des exclusions : comment les investisseurs peuvent-ils aborder l’ID

17-12-2018 | Vision
En matière d’Investissement Durable, certains investisseurs suivent une approche simple consistant à exclure certaines entreprises de leurs portefeuilles. S’ils se contentent de cela, ils passent à côté des avantages réels de l’intégration des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leurs portefeuilles. Nous pensons qu’il est temps d’aller au-delà des seules exclusions.
  • Masja Zandbergen - Albers
    Masja
    Zandbergen - Albers
    Head of sustainability integration
  • Guido Moret
    Guido
    Moret
    Head of Sustainability Integration Credits

La difficulté pour les institutions financières est de réfléchir aux répercussions à long terme de leurs placements. Le changement climatique est un sujet important, mais les droits de l'homme, les conditions de travail et l’éthique des affaires méritent également l’attention, car la société et les régulateurs exigent de plus en plus des entreprises et des institutions financières qu’elles rendent compte de leur contribution à notre avenir commun.

Reste à savoir par où commencer. Un processus en sept étapes peut vous aider à prendre les bonnes décisions et à réussir dans l’investissement durable (ID). Les étapes sont les suivantes :

1. 1. Définition d’un objet
Avant tout, il est nécessaire de prévoir du temps pour discuter avec les parties intéressées, notamment les clients, et évaluer les motivations à adopter l’ID. Parmi les raisons principales figurent les pressions extérieures ou encore le fait d’être pleinement et activement convaincu par les avantages de l’ID.

Une fois les motivations clairement établies, il faut élaborer une déclaration de politique ou intégrer celles-ci dans un énoncé des convictions d’investissement.

2. Définition des priorités
Un énoncé des priorités peut faciliter l’identification des principaux thèmes de durabilité. Plusieurs codes et cadres internationaux peuvent être utiles en la matière, tels que le Pacte mondial des Nations Unies ou la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement.

Mais un investisseur pourra aussi se concentrer sur des questions spécifiques telles que le changement climatique, et se baser dans ce cas sur l’Accord de Paris pour élaborer une politique. Les Objectifs de développement durable de l’ONU (ODD) peuvent également fournir des informations sur la manière de définir les objectifs et priorités.

Il peut être difficile de traduire un objet et des priorités dans une stratégie d’investissement. La tâche principale consiste à établir le lien entre les exigences spécifiques de durabilité et leurs répercussions sur le risque et le rendement, et ce dans de multiples classes d’actifs. De manière générale, les trois grands axes à prendre en compte seront l’utilisation d’overlays, l’adoption de thèmes et l’analyse du risque/rendement. C’est ce que nous allons voir à présent.

3. Utilisation d’overlays
En général, l’application d’un overlay dans l’ensemble d’un portefeuille n’a pas d’impact direct sur sa performance. Il existe plusieurs solutions d’overlay dans l’investissement durable, les principales étant l’exercice du droit de vote pour les positions en actions, le dialogue avec les sociétés en vue d’améliorer les aspects ESG, et l’exclusion de certaines entreprises et certains pays.

La plupart des gérants d’actifs utilisent une stratégie de vote dans leurs fonds et leurs mandats, bien que les politiques et les pratiques puissent différer assez sensiblement. Le dialogue avec les entreprises peut être un puissant outil de changement : un meilleur contrôle des risques ESG et la connaissance des opportunités peuvent améliorer la performance financière et avoir une incidence positive sur la société.

4. Mise en œuvre des thèmes
Il existe plusieurs façons de mettre en œuvre un thème, qu’il s’agisse du changement climatique ou de questions plus spécifiques telles que la pénurie d’eau ou les conditions de travail. L’une consiste à éviter les entreprises les plus nuisibles, ou à intégrer un thème dans les investissements, c’est-à-dire que l’exposition du portefeuille cible ce thème spécifique. ,p> L’investisseur peut également s’engager sur le thème spécifique (notamment en exerçant son droit de vote et en soumettant des propositions d’actionnaire) ou, enfin, investir dans des entreprises qui fournissent des solutions au problème.

5. Analyse risque/rendement
La mise en œuvre des facteurs de durabilité peut avoir une incidence sur les prévisions de risque ou de rendement du portefeuille. Les conséquences seront différentes selon l’objectif et l’instrument utilisé.

Le processus consistant à définir des objectifs de durabilité, élaborer une stratégie et assurer sa mise en œuvre est similaire à celui d’un investissement classique. Dans l’investissement quantitatif, l’utilisation de recherches basées sur les faits permet de mieux quantifier les effets liés à l’application des recommandations et thèmes de durabilité. Dans les stratégies fondamentales, l’effet ex ante de l’utilisation des critères ESG sera peut-être plus difficile à évaluer.

6. Sélection des gérants et suivi
Une fois les premières étapes réalisées, il devrait être relativement simple de définir des lignes directrices pour les gérants d’actifs. Pour les grands investisseurs qui investissent dans des solutions dédiées, les facteurs de durabilité peuvent être intégrés aux mandats existants si le gérant d’actifs dispose d’une bonne connaissance et d’une expérience de l’ID. Ce qui sera peut-être moins aisé pour les investisseurs qui utilisent des véhicules en gestion collective.

Dans les deux cas, la première chose à faire sera peut-être d’évaluer la solidité du ou des gérants actuels par rapport à l’ID. Une manière efficace de favoriser le changement serait de discuter avec eux de l’amélioration de leur profil de durabilité. Ou encore d’organiser des réunions afin d’échanger des connaissances.

7. Intégration et évaluation
Enfin, les objectifs choisis doivent être évalués une fois par an sur la base des rapports de durabilité des gérants concernés. Idéalement, ce processus devrait faire partie du cycle normal d’investissement, afin de créer une approche ESG réellement intégrée.

Pour résumer, la mise en place d’une politique d’investissement durable peut prendre plusieurs années et, par conséquent, nous pensons que les investisseurs devraient tâter le terrain avant de franchir le pas. Ils peuvent dans un premier temps introduire les exclusions, et le dialogue, avant d’envisager d’ajouter d’autres aspects tels que l’empreinte carbone ou l’intégration des critères ESG dans une partie du portefeuille.

Les résultats doivent être régulièrement évalués et suivis, et être inclus dans les structures existantes, une façon efficace de parvenir à une intégration véritable. La conviction augmentera parallèlement à l’expérience dans l’investissement durable.

Ceci est une version abrégée d’un chapitre contenu dans The Big Book of SI.

Commander le livre

Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas