frankrijkfr
L'Inde rattrape son retard sur la Chine

L'Inde rattrape son retard sur la Chine

08-06-2016 | Vision

Les Perspectives économiques mondiales du FMI d'avril 2016 ont souligné que l'Inde sera l'une des économies qui enregistrera la plus forte croissance en 2016-2017, avec un taux de 7,5 %. L'information n'a pas échappé aux professionnels de l'investissement à travers le monde.

Points clés

  • Le taux de la croissance économique indien va dépasser celui de la Chine
  • L'environnement entrepreneurial est plus favorable en Inde
  • Une présence locale est préférable pour les gérants

L'Inde a longtemps vécu dans l'ombre de la croissance économique chinoise. Victime d'une tradition réfractaire au changement et d'une bureaucratie omniprésente, le pays a pris du retard par rapport à la super-puissance économique chinoise ces 20 dernières années. Mais le changement est enfin là. Les données publiées par le Fonds Monétaire International (FMI) indiquent que la croissance économique indienne dépasse celle de son voisin chinois, qui doit faire face à d'énormes problèmes d'endettement et de déséquilibre économique.

« L'inde est ma Chine à moi et j'ai adopté une position largement haussière sur ce pays », explique Frank Huttel, responsable de la gestion de portefeuilles pour la société allemande FiNet Asset Management AG. « J'investis dans ce pays depuis l'an dernier et les réformes mises en place suite à l'élection du Premier ministre Narendra Modi ont fait pencher la balance. Depuis qu'il est au pouvoir, beaucoup de choses ont changé. »

Découvrez les dernières perspectives
Découvrez les dernières perspectives
Inscrivez-vous

L'Inde va dépasser la Chine

Depuis son élection en mai 2014, Narendra Modi s'est lancé dans une série de réformes radicales visant à améliorer les infrastructures, le gouvernement et à favoriser les investissements directs étrangers. Beaucoup de ces programmes de réforme n'en sont encore qu'aux prémices, selon Dalibor Kolcava, responsable de la recherche de fonds chez VZ VermögensZentrum. Néanmoins, les efforts du gouvernement contribuent à faire de l'Inde une opportunité d'investissement intéressante. « Il ne faut pas sous-estimer les défis que doit relever Narendra Modi », explique-t-il. « Mais si les attentes sont très élevées, les gens deviennent un peu plus réalistes. » Selon lui, à long terme, le potentiel est énorme en Inde, notamment grâce à son avantage démographique - le pays dépassera la Chine en termes de population totale dans les dix prochaines années. Il peut s'agir là d'un solide facteur de demande économique, surtout s'il est suivi d'une amélioration des infrastructures à travers le pays.

Valeur actionnariale

Dans un contexte économique qui évolue rapidement pour les sociétés indiennes, l'environnement de marché actuel semble arrivé à maturité pour les investisseurs. Comme l'explique Joanne Baynham, responsable de la stratégie d'investissement et gérante chez MitonOptimal Group, avec des données positives sur la consommation, une inflation maîtrisée et une moisson qui devrait être normale, la situation macroéconomique de l'Inde semble positive pour les investisseurs.

« Il y a bien des opportunités en Chine, mais nous hésitons davantage à acheter des fonds ancrés en Chine qu'en Inde »

Selon elle, c'est aussi la structure juridique des sociétés indiennes qui donne un avantage au pays par rapport à la Chine. « Il y a bien des opportunités en Chine, mais nous hésitons davantage à acheter des fonds ancrés en Chine qu'en Inde, notamment en raison de l'État de droit. Nous pensons qu'en tant qu'actionnaires, nous serons bien traités en Inde, et ce n'est pas toujours le cas en Chine. Aujourd'hui, on peut en Inde acheter des actions qui sont très bien gérées d'un point de vue juridique. »

Cela ne signifie pas que les investisseurs en actions indiennes ne doivent pas se montrer prudents face à des titres d'entreprises publiques potentiellement inefficaces. Mais, même si Joanne Baynham reste prudente vis-à-vis de ces entreprises, elle pense que les efforts du gouvernement de Narendra Modi pour faciliter les transactions dans le pays ont permis à de nombreuses sociétés privées de prospérer.

Trouver des actions bon marché en Inde

« Pour nous, savoir où investir en Inde est très important et la gouvernance d'entreprise est l'un des facteurs clés », explique Joanne Baynham. « Nous avons une préférence pour les sociétés qui ne veillent pas seulement à être bon marché ou chères, mais qui traitent les actionnaires correctement. » Par exemple, selon elle, dans les banques publiques indiennes, il existe encore des actions bon marché car le gouvernement leur a indiqué à qui prêter ou non. À l'inverse, de nombreuses banques privées ont une meilleure compréhension du résultat et se concentrent sur la réalisation de bénéfices, pas seulement sur la croissance.

« Je pense que le point le plus important est l'utilisation d'une approche très active »

Pour Joanne Baynham, même si l'action semble bon marché, il faut regarder au-delà. Les fonds actions indiens doivent comprendre les mécanismes qui sont derrière le prix d'une action. Il est essentiel de bien comprendre la culture d'entreprise indienne, qui s'est améliorée mais reste complexe, afin d'obtenir une valeur réelle. Pour Dalibor Kolvaca, la connaissance est fondamentale pour gérer une équipe potentielle de gestionnaires de fonds indiens.

« Je pense que le point le plus important est l'utilisation d'une approche très active. Nous recherchons la meilleure connaissance de la situation locale à tous les niveaux, y compris en politique économique et sur les différents modèles commerciaux des sociétés en fonction des secteurs. Nous rechercherions donc un gérant qui serait à même de vraiment exploiter toutes les opportunités. »

Présence locale

« Nous pensons aussi qu'une présence locale est essentielle pour qu'un investissement soit fructueux. Je préférerais avoir un gérant régional, pas forcément domicilié en Inde, et travaillant depuis Singapour ou Hong Kong, par exemple. En outre, nous donnerions au gérant la liberté de sélectionner toutes les sociétés qu'il considérerait comme attractives. »

Joanne Baynham confirme ces positions concernant le choix de l'allocation d'actifs, en particulier en termes de fourchette de capitalisations. Elle pense en effet que la diversité de l'Inde en la matière nécessite un large spectre d'investissement, mais orienté uniquement sur le pays. « Dans l'univers indien, il y a suffisamment de choix. Il est inutile de se concentrer sur les petites ou grandes capitalisations en Inde. Comme sur les autres marchés émergents, il existe une multitude d'opportunités sur l'ensemble de la fourchette de capitalisations. »

Selon elle, l'Inde offre des opportunités de taille actuellement car les prix des matières premières sont en baisse - cela signifie aussi que les exportateurs nets de pétrole comme le Brésil ou la Russie ne se portent pas très bien. « En investissant dans un fonds général de marchés émergents, nous risquons de ne pas tirer pleinement parti de la croissance dont profite actuellement l'économie nationale indienne. C'est pourquoi nous tentons d'acheter des fonds spécifiques au pays. »

Fort potentiel en Inde

Frank Huttel, lui, décèle un potentiel plus important au sein des sociétés à petite capitalisation, mais considère que le secteur naissant du e-commerce indien illustre bien les nombreuses opportunités qu'offre le pays aux investisseurs. Dernièrement, Morgan Stanley Research a revu à la hausse ses estimations sur le marché du e-commerce indien, de 102 à 119 milliards de dollars d'ici 2020. Selon Frank Huttel, ce secteur pourrait bien prendre de plus en plus d'ampleur.

« L'Inde accueille une population très jeune, fervente d'Internet et d'appareils mobiles. C'est un secteur dans lequel les sociétés indiennes pourraient se développer rapidement. Il existe un énorme potentiel pour le e-commerce à l'avenir et c'est un sujet que je trouve très intéressant. »

Mais pour que le secteur du e-commerce démarre vraiment, Narendra Modi doit tenir sa promesse et revigorer les infrastructures vieillissantes du pays. « Pour utiliser Internet, il faut des infrastructures. Mais en Inde, elles sont loin d'être parfaites. Si le e-commerce doit se développer largement, les investissements dans l'Internet mobile et les infrastructures connexes sont essentiels », poursuit Frank Huttel.

Même si Narendra Modi et l'Inde doivent relever de nombreux défis sur la voie de la réforme, les investisseurs sont rassurés par le travail déjà réalisé pour essayer de réformer le pays. Les systèmes politiques indien et chinois étant très différents, il est difficile de comparer directement les deux pays. Mais Dalibor Kolcava garde une préférence pour les actions indiennes par rapport aux titres chinois - selon lui, il faudra encore quelques années pour qu'elles prennent du poids dans les portefeuilles internationaux.

« Nous pouvons prévoir que l'Inde rattrapera la Chine dans les 10 à 20 prochaines années en termes d'empreinte dans le paysage économique mondial. Comme toujours, il y aura des cycles, mais à long terme, l'Inde devrait rencontrer un grand succès. »

Les sujets en rapport avec cet article sont :

Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas