Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas
L'investissement factoriel fonctionne

L'investissement factoriel fonctionne

06-01-2015 | Recherche

L'investissement factoriel est en vogue. Les investisseurs se concentrent de plus en plus sur des facteurs tels que la valeur, la faible volatilité, le momentum et les petites capitalisations boursières. Mais quels sont les atouts de l'investissement factoriel ?

  • Joop  Huij
    Joop
    Huij
    PhD, Executive Director, Head of Factor Investing Equities and Head of Factor Index Research

De nombreuses études se sont penchées sur le concept d'investissement factoriel. Mais comment fonctionne-t-il dans la pratique ? L'analyste quantitatif de Robeco, Joop Huij, a examiné les données d’environ 7 000 fonds sur la période allant de 1990 à 2010. Son objectif a été de déterminer si les gérants actifs ayant une exposition à des facteurs surperforment systématiquement leurs indices de référence. Afin de montrer l'exposition des fonds à ces facteurs, il a utilisé une méthode basée sur la régression. « Les résultats indiquent que, dans la pratique, l'investissement factoriel fonctionne. »

Restez informé sur l'investissement quantitatif
Restez informé sur l'investissement quantitatif
Inscrivez-vous

Quelle importance revêt l'investissement factoriel en matière de gestion active ?

J'ai pu constater que si l'investissement factoriel pouvait être extrêmement efficace, cela ne se vérifiait pas forcément pour tous les facteurs. En investissant dans des facteurs reconnus, nous pouvons mettre toutes les chances de réussite de notre côté. Pour cela, il nous faut d'abord déterminer les facteurs qui fonctionnent et ceux qui ne fonctionnent pas. Certains facteurs ont fait l'objet d'études approfondies. Prenons par exemple la valeur et la faible volatilité. Pour ces facteurs, il semblerait qu'il y ait un consensus sur l'existence de phénomènes statistiques et sur leur importance après avoir pris en compte les frais de transaction. D’autres facteurs ont également fait l'objet de nombreuses recherches afin de comprendre les raisons de leur existence. Néanmoins, certains facteurs tels que ‘l'inversion à court terme’ et ‘l'inversion à long terme’ sont encore relativement méconnus. Il n’existe pour l'instant aucun consensus académique quant à leur intérêt. Ces facteurs ont été également intégrés à notre étude.

Alors que nous constatons qu'au sein de notre base de données de nombreux fonds sont exposés aux facteurs ‘petites capitalisations’ et ‘valeur’, d'autres facteurs sont moins populaires. Ainsi, seulement 6 % de l'ensemble des stratégies de gestion active étudiées sont identifiés comme étant des stratégies à faible volatilité. Au sein de ces 6 %, seule une petite minorité s'engage volontairement dans une telle stratégie, en incluant par exemple un processus de sélection des titres basée sur la volatilité. Seulement 1 à 2 % des fonds appliquent systématiquement une stratégie de momentum.

Tous les facteurs sont-ils performants ?

Non. Le facteur 'inversion à court terme’ par exemple présente une performance très médiocre. Une telle stratégie a pour objectif de profiter de titres ayant affiché de mauvaises performances dans un passé récent, mais qui sont supposés surperformer dans un futur proche, ou inversement. En théorie, ce renversement de tendance s'explique par la réaction excessive des investisseurs à l’actualitéspécifique à un titre. En réalité, sur l'ensemble des fonds axés sur l'inversion à court terme, 96 % sous-performent le marché. Ce résultat n'est pas totalement surprenant puisque cette stratégie nécessite un rééquilibrage fréquent du portefeuille, ce qui entraîne d'importants frais de transaction qui réduisent d’autant la performance nette.

L'étude révèle qu’une approche plus prudente en matière d'investissement factoriel fonctionne le mieux. Il convient de tenir uniquement compte des facteurs pour lesquels il existe de nombreux éléments probants, car les anomalies ne disparaissent pas par enchantement. Cela contraste avec ce que j'entends parfois sur le marché quand des courtiers disent : « mieux vaut investir maintenant dans le dernier facteur avant qu'il ne fasse l'objet d'un arbitrage. Il est inutile d'attendre d'avoir tous les éléments probants et il ne faut pas être trop critique. » Toutefois, mes recherches montrent que certains facteurs, tels que ‘l'inversion à court terme’, ne fonctionnent pas, tout simplement.

« Les résultats indiquent que, dans la pratique, l'investissement factoriel fonctionne.»

Qu'avez-vous constaté pour le momentum ?

Si l'on examine le facteur ‘momentum’, on s'aperçoit que 38 % des gérant actifs qui prennent en compte ce facteur réalisent une surperformance. C'est moins que dans l'univers de ‘la valeur’ ou celui de ‘la faible volatilité’, mais cela reste considérablement supérieur au groupe qui n'est exposé à aucun de ces facteurs. Néanmoins, nous montrons également que certains gérants exposés au momentum génèrent une importante sous-performance. Ceci n'est pas totalement inattendu. Les recherches académiques prévoient en effet que l'investissement en fonction du momentum puisse être une stratégie à haut risque. Pour être efficace, elle doit être appliquée correctement. Deux pièges principaux doivent absolument être évités : tout d'abord, des taux de rotation excessifs du portefeuille se traduisant par des frais de transaction élevés ; et ensuite, les expositions aux risques non récompensés ne contribuant pas à réaliser une performance supplémentaire.

Quelle est l'importance de la diversification dans l'investissement factoriel ?

Il vaut mieux ne pas investir dans un seul facteur. L'idéal est de diversifier son exposition car un facteur unique peut entraîner une sous-performance par rapport à l'ensemble du marché sur une durée assez longue.

Notre étude montre qu'un fonds qui n'applique pas une stratégie d'investissement factoriel affiche historiquement une sous-performance de 189 points de base en moyenne par an. Je trouve ce résultat alarmant. À l'inverse, un fonds qui est exposé à un facteur, quel qu’il soit, progresse de 163 points de base supplémentaires. Lorsqu'il s'agit de deux facteurs pris au hasard, cela augmente même à 334 points de base, et avec trois facteurs, le résultat est encore meilleur, à savoir une surperformance de 353 points de base par an. Si vous êtes un gérant actif et que vous ne suivez pas une stratégie d'investissement factoriel, vos chances d'enregistrer une surperformance sont de 20 %. En investissant dans un facteur, elles augmentent à 51 %. Ceci est valable pour un facteur quelconque et pour n'importe quel gérant. Si vous choisissez trois facteurs aléatoires et que vous sélectionnez un gérant au hasard, vos chances augmenteront à 80 %. En choisissant les bons facteurs et le gérant adéquat, vos chances en matière de surperformance pourraient même être supérieures.