belgiumfr
Dire « non » aux entreprises peu engagées dans l’ESG

Dire « non » aux entreprises peu engagées dans l’ESG

04-10-2022 | Vision

Durant la saison des assemblées générales annuelles, notre approche plus stricte en matière de gouvernance et de durabilité nous a conduits à voter plus souvent contre les directions.

  • Antonis Mantsokis
    Antonis
    Mantsokis
    Active Ownership Analyst
  • Michiel  van Esch
    Michiel
    van Esch
    Senior Engagement Specialist
  • Diana Trif
    Diana
    Trif
    Engagement Specialist
  • Lucas  van Beek
    Lucas
    van Beek
    Active Ownership Analyst

Points clés

  • Nous nous sommes opposés à la direction dans 60 % des AG d’entreprise
  • De nombreuses propositions « say on pay » et « say on climate » ont été rejetées
  • Le volet social devient une priorité et provoque un mouvement « anti-ESG »

Dans le cadre des propositions portant sur les politiques de rémunération (« say on pay ») et de climat (« say on climate »), des centaines d’actionnaires ont voté contre les rémunérations inappropriées et les actions insuffisantes pour limiter les émissions.

Les questions de gouvernance ont toujours été la principale raison de la dissidence des actionnaires. Mais les thèmes environnementaux et sociaux deviennent de plus en plus urgents et provoquent aussi une opposition à certaines résolutions de la direction.

C’est également le cas de la diversité. Lorsque les progrès ont été insuffisants dans ce domaine, des actionnaires n’ont pas hésité à voter contre la réélection de certains administrateurs, souvent le président ou d’autres responsables du conseil d’administration.

Voilà qui a animé les plus de 5 000 AGA d’entreprises dans lesquelles nos spécialistes du vote Antonis Mantsokis, Diana Trif et Lucas van Beek se sont exprimés cette année, puisqu’ils ont voté contre au moins une proposition dans 60 % des AGA, lorsque les attentes en matière environnementale, sociale et de gouvernance (ESG) n’ont pas été satisfaites.

La rémunération des dirigeants fait partie des thèmes ayant suscité le plus de votes d’opposition, en pourcentage de propositions dans cette catégorie. Robeco a cependant soutenu la plupart des propositions d’actionnaires liées aux ESG, comme le montre le graphique ci-dessous.

Découvrez les dernières perspectives
Découvrez les dernières perspectives
Inscrivez-vous

Bilan de la saison des votes pour Robeco

Mettre les entreprises face à leurs responsabilités

« Ces dernières années, nous avons élargi notre politique de vote afin de rendre les entreprises responsables non seulement des aspects tels que le manque d’indépendance et de diversité dans les conseils d’administration, ou les pratiques de rémunération non satisfaisantes, mais aussi de leurs actions insuffisantes en matière de changement climatiqu, de droits humains et d’enjeux sociaux », commente Antonis Mantsokis dans son bilan de la saison des votes.

« Concernant les propositions "say on pay", nous évaluons une multitude de facteurs. Nous examinons le montant de la rémunération ainsi que son adéquation par rapport aux performances de l’entreprise, à la structure de rémunération et à la transparence de celle-ci. Cette année, nous avons observé de nombreux problèmes liés au manque de cohérence entre la rémunération et les performances.

Et nous constatons que les rémunérations continuent d’augmenter de façon discrétionnaire. De nombreuses firmes sont encore affectées par le Covid, ce qui signifie que conformément à la structure initiale de la plupart des plans de rémunération, les responsables exécutifs devraient toucher des primes plus faibles. Or, nous avons souvent vu des entreprises procéder à des modifications afin que les exécutifs finissent quand même par toucher une prime. »

Sujets ayant été rejetés par vote

Entreprises à la traîne en matière de climat

Concernant les votes relatifs aux propositions climatiques, nous nous sommes concentrés sur ce que les entreprises affirment faire pour réduire leurs émissions ou décarboner. « Sur le plan climatique, beaucoup d’entreprises font trop peu de progrès par rapport à leurs engagements à long terme », regrette Diana Trif.

Et lorsque les progrès sont insuffisants, Robeco fait porter la responsabilité aux administrateurs en votant contre leur réélection, y compris celle du président.

« Ces dernières années, nous avons fait part de nos préoccupations quant aux performances climatiques de ces entreprises, soit en votant contre l’élection du président du conseil d’administration, soit en votant contre le rapport comptable, ajoute Diana Trif. Notre approche a consisté à voter contre les entreprises qui ne prennent pas suffisamment de mesures en matière climatique, en fondant notre analyse sur des points de référence tels que Climate Action 100+ et la Transition Pathway Initiative. »

La diversité reste un gros problème

La diversité et l’inclusion sont un autre thème qui suscite des tensions durant les AGA, compte tenu du manque persistant de femmes dans les conseils d’administration ou de structures qui reconnaissent les compétences des minorités.

« Nous espérions que les questions sociales seraient bien placées dans les ordres du jour et ce fut effectivement le cas, souligne Antonis Mantsokis. De nombreuses résolutions ont porté sur la promotion de l'égalité des genres, la communication des inégalités salariales et la promotion du salaire minimum vital. »

Mouvement anti-ESG

Mais cette avancée en matière de diversité a provoqué un mouvement inverse dans certaines entreprises, en particulier aux États-Unis où certaines firmes craignent que cela ne conduise à l’embauche de personnes ne possédant pas des compétences appropriées, ce qui pèserait sur les performances. Cela a créé un mouvement « anti-ESG » de personnes qui déposent des résolutions contre les sujets sociaux.

« Le fait que le nombre de propositions anti-ESG ait vraiment augmenté nous inquiète beaucoup, indique Diana Trif. Ces propositions proviennent d’opposants qui souhaitent freiner les efforts d’une entreprise en faveur des objectifs ESG. Nombre de propositions anti-ESG concernent des sujets sociaux, dans le but d’entraver les efforts de diversité ou d’inclusion.

De nombreux changements sociaux ont eu lieu l’année dernière, avec un accent placé sur la promotion de la diversité, de l’inclusion et de l’ouverture du dialogue sur ces thèmes. La barre avait donc été relevée mais certains courants de pensée tentent d’inverser les choses et de mettre fin à cette ouverture. »

La majorité des propositions ESG soumises visaient à améliorer les pratiques de durabilité. Robeco a soutenu la plupart des 903 résolutions d’actionnaires déposées durant la saison des AGA, un nombre record.

Critique constructive

Comment les entreprises réagissent-elles lorsque leurs résolutions sont rejetées, en particulier lorsque Robeco vote contre la réélection de certains administrateurs ? Le prennent-elles personnellement ?

« Je pense que cela dépend vraiment du thème, du point à l’ordre du jour et de la façon dont nous communiquons avec les entreprises », explique Michiel van Esch, responsable senior de l’actionnariat actif chez Robeco et grand spécialiste du dialogue direct avec les entreprises. « Nous entretenons un véritable dialogue avec les firmes, ce qui nous permet de leur expliquer pourquoi nous votons de telle ou telle façon.

En général, les entreprises apprécient cette possibilité de discuter et sont demandeuses de conseils sur la façon dont elles peuvent mettre en place des changements qui pourraient augmenter les taux de soutien à l’AGA suivante. Donc non, elles ne s’indignent pas.

Elles prévoient généralement un suivi téléphonique pour discuter avec nous des changements qu’elles souhaitent mettre en œuvre, et nous redemandent notre avis. Nous pensons que c’est une évolution positive et nous nous en félicitons. Les entreprises sont vraiment plus disposées à écouter le point de vue des actionnaires. »

Logo

Décharge légale Agree

Les informations présentes sur ce site Web sont destinées exclusivement aux professionnels. Un investisseur professionnel est : un investisseur qui, à titre professionnel, dispose d'assez de connaissances et d'une expertise et d'une expérience suffisantes pour pouvoir évaluer de manière adéquate les risques financiers liés aux décisions d'investissement prises par lui-même.

Les visiteurs de ce site Web doivent être conscients du fait qu’ils sont eux-mêmes tenus de respecter toutes les lois et règlements en vigueur dans leur pays.

En cliquant sur J'accepte, vous confirmez que vous êtes un investisseur professionnel. Si vous cliquez sur Je n'accepte pas, vous êtes orienté vers la partie réservée aux particuliers.

Je n’accepte pas