belgiumfr
Robeco lance un fonds climat « pure-play » axé sur la neutralité carbone

Robeco lance un fonds climat « pure-play » axé sur la neutralité carbone

18-07-2022 | Vision

Robeco a créé la stratégie Net Zero 2050 Climate Equities pour cibler les leaders mondiaux de la décarbonation.

  • Chris Berkouwer
    Chris
    Berkouwer
    Portfolio Manager for RobecoSAM Net Zero 2050 Climate Equities
  • Yanxin Liu
    Yanxin
    Liu

Points clés

  • Un fonds à forte conviction qui cible les entreprises favorisant la transition vers une économie bas carbone
  • Le fonds suit un indice de référence dédié pour pouvoir évaluer la trajectoire de décarbonation
  • La limitation des aspects sociaux négatifs de la transition est également importante

Alors que de nombreuses stratégies climat visent des secteurs verts, comme celui des énergies renouvelables, qui atteignent presque ou déjà l'objectif de neutralité carbone, le nouveau fonds cherchera spécifiquement les secteurs qui sont en pleine transition. Les critères d’inclusion sont strictes pour éviter que ce fonds ne devienne « un énième fonds environnemental », explique son gérant de portefeuille, Chris Berkouwer.

Les entreprises qui suivent une trajectoire de décarbonation claire pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 seront éligibles, ainsi que celles qui peuvent en aider d’autres à réaliser cet objectif, comme les fournisseurs d’équipements miniers, les actifs fondés sur la nature ou les fournisseurs de capital de transition. La stratégie sera aussi clairement axée sur la « transition juste », en intégrant des facteurs sociaux tels que la perte potentielle d’emplois parmi les très grands émetteurs.

La stratégie à forte conviction suit un indice de référence dédié à la transition climatique, le MSCI World Climate Change, plutôt qu’un indice standard. Ceci permettra d’évaluer plus facilement la réussite du fonds, explique Chris Berkouwer, qui gère également le fonds Robeco Sustainable Global Stars Equities.

Le monde doit atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 si l’on veut respecter les objectifs de l’Accord de Paris. Cet accord vise à limiter le réchauffement planétaire à moins de 2 degrés Celsius d’ici 2100, par rapport aux niveaux préindustriels, et idéalement à 1,5 degré. La planète a déjà subi un réchauffement de 1,25 degré, dû principalement aux milliards de tonnes de gaz à effet de serre émis depuis le début de l’ère industrielle.

Découvrez les dernières infos sur la durabilité
Découvrez les dernières infos sur la durabilité
Inscrivez-vous

Des conditions favorables uniques

« Nous bénéficions de conditions favorables uniques sur le plan de la politique, des technologies et des capitaux dédiés à la décarbonation, où toutes les planètes s’alignent, mais le temps presse », explique Chris Berkouwer. « Nous devons donc agir maintenant.

Nous devons investir dans les entreprises qui fournissent des solutions au réchauffement climatique basées sur la décarbonation sous une forme ou une autre. Il n’est pas question ici de cibler les entreprises qui ont déjà une faible empreinte carbone réduite.

En fait, nous recherchons les entreprises qui portent la transition dans l’économie réelle, et aussi celles dont les activités peuvent en aider d’autres à atteindre cet objectif. Par exemple, les producteurs d’hydrogène contribuent à la diminution de la dépendance aux énergies fossiles. On peut dire que nous recherchons aussi les entreprises qui fournissent les « pioches et les pelles » – nous achèterons les constructeurs en plus de la construction. »

Webinaire
Webinaire

Investir dans la transition climatique vers la neutralité carbone

Mardi 13 septembre à 16h00 CET

Inscrivez-vous ici

Les cinq voies vers la neutralité carbone de l’économie réelle : nature, transport, bâtiments, électricité et industrie.

Source : AIE, GS Sustain, McKinsey, études BAML

Réduction de l’univers

Selon Chris Berkouwer, il faut donc réduire l’univers d’investissement qui compte environ 1 300 titres pour n’en garder que 30-40 au sein du portefeuille. Outre l’intégration standard des critères ESG qui permet de sélectionner les gagnants, le cadre ODD propriétaire de Robeco sera également utilisé.

« Le problème de nombreux fonds climat existants est qu’ils cherchent à tout prix à obtenir une empreinte carbone très faible pour le portefeuille, souvent en excluant simplement les grands émetteurs, » explique-t-il. « Si vous faites cela, vous passez à côté d’entreprises qui ont peut-être une empreinte importante maintenant, mais qui sont fortement engagées dans la transition vers des activités décarbonées.

Nous procédons différemment, notamment en ne nous limitant pas aux aspects climatiques traditionnels dans le secteur des technologies propres. Les solutions au réchauffement climatique sont très diversifiées dans tous les secteurs, et, en général, ce ne sont pas celles qui sont ciblées. C’est donc un produit profondément ancré dans l'économie réelle. »

Construction de portefeuille – réduire un univers de 1 300 titres à environ 30-40 titres.

Source : Robeco

La transition juste

Participer à une « transition juste » consiste à prendre en compte les impacts sociaux du changement, par exemple en s’assurant que les mineurs de fond puissent se reconvertir pour travailler dans les énergies renouvelables.

Comme le souligne Chris Berkouwer : « Nous devons être conscients que la décarbonation ne sera pas un processus isolé – elle affectera l’ensemble de la communauté. Comment s’assurer que vos employés peuvent s’adapter et se reconvertir si nécessaire pendant la transformation de la société ? Il n’est pas acceptable de simplement licencier tout le monde.

Certaines entreprises seront beaucoup plus affectées que d’autres par ce changement – celles qui gardent un lien avec l’ancienne économie traditionnelle. Elles pourraient être contraintes de modifier radicalement leur modèle économique, donc nous devrions faire le nécessaire pour nous assurer que l’impact social négatif est minimisé. »

Une transition juste doit maintenir une équité.

Un indice de référence sur mesure

Une autre caractéristique du fonds est qu’il suit l’indice spécialement créé à cet effet : le MSCI World Climate Change. « Nous sommes l’un des premiers gérants d’actifs à utiliser aussi un indice climat dédié, non seulement pour évaluer l’empreinte carbone, mais aussi pour mesurer la performance », ajoute Chris Berkouwer. « Nous devons joindre la parole aux actes et être prêts à être jugés en conséquence.

Il est également important de distinguer le fonds de la tendance traditionnelle ou des stratégies thématiques qui, par définition, sont plus axées sur la croissance. Cette stratégie nécessite une approche beaucoup plus globale afin de résoudre le problème des émissions de CO2. Autrement dit, elle nécessite une large diversification dans l’ensemble des secteurs.

Elle n’aura par conséquent pas un biais de croissance ou de valorisation marqué. Ce qui importe est le fait qu’elle a, à l'instar de la stratégie Sustainable Global Stars, un biais de qualité. Les entreprises en portefeuille doivent avoir un modèle économique éprouvé – cela laisse peu de place aux licornes. »

Prendre une longueur d’avance

Le but du fonds sera de prendre une longueur d’avance en investissant dans des sociétés qui ont déjà fait des progrès en matière de décarbonation. Comme l’explique Chris Berkouwer : « Le point de départ est une empreinte carbone réduite de 30 % par rapport au marché. Ensuite, nous chercherons des trajectoires de décarbonation de 7 % par an pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Par conséquent, il y a une certaine redondance avec certains fonds de Robeco – environ 10-15 % de positions communes avec les fonds ODD qui visent aussi une décarbonation de 7 % par an, par exemple, mais cette redondance sera minimale globalement.

La définition des trajectoires de décarbonation est devenue beaucoup plus claire depuis que nous avons lancé les initiatives « zéro émissions nettes » il y a quelques années. Elle ne l’était pas au début des années 2010, quand beaucoup de fonds climat sont apparus, et la plupart d’entre eux sont finalement devenus des fonds environnementaux diversifiés. Cela fait peu de temps que nous appréhendons mieux les solutions, car la science est désormais mieux à même d’identifier les domaines qui posent problème et les voies de solution spécifiques. Ainsi, nous sommes mieux armés pour saisir ces opportunités grâce à une stratégie climat dédiée. »

Trajectoires vers la neutralité carbone en termes de gigatonnes d’équivalent de CO2 à supprimer.

Source : IPCC, AIE, études BAML

Tout est question de « neutralité »

Les investisseurs devraient également savoir ce qu’est exactement la neutralité carbone : certaines émissions ne peuvent tout simplement pas être évitées, mais elles peuvent être compensées en utilisant des solutions fondées sur la nature ou des solutions technologiques comme le captage du carbone.

« Une autre caractéristique du fonds sera l'investissement dans des solutions d’absorption du carbone », ajoute Chris Berkouwer. « Les lois de la physique nous empêchent simplement d’atteindre la neutralité carbone dans tous ces secteurs d’ici 2050 – c’est impossible. Nous devons compenser les émissions qui resteront en absorbant le carbone. Pour cela, on pourrait utiliser la technologie de captage et de stockage du carbone, mais aussi des solutions fondées sur la nature. »

« L’un des grands titres au sein du portefeuille est une société forestière qui plantent des millions d’arbres », explique Chris Berkouwer. « Elle a des exploitations forestières gigantesques dans lesquelles elle génère des crédits carbone qui peuvent se vendre. Les grandes sociétés pétrolières ne réaliseront jamais leurs objectifs de neutralité carbone, sauf si elles achètent aussi en masse ces crédits carbone et demandent à cette société de planter d’énormes quantités d’arbres en leur nom.

Au bout de 30 ans, ils abattent les arbres plus vieux et les vendent aux sociétés de construction en bois qui les utilisent pour bâtir des immeubles résidentiels. Tout cela fait partie de la solution, c’est le modèle économique du futur, qui associe la compensation du carbone et la gestion forestière durable. »

La demande des investisseurs

La demande pour ce fonds devrait être forte si les opinions exprimées dans l’Enquête mondiale sur le climat 2022 de Robeco se traduisent par de réels investissements dans des solutions. Dans notre dernière enquête publiée en mars, 85 % des 300 investisseurs interrogés ont déclaré que le réchauffement climatique serait au cœur de leurs politiques d’investissement au cours des deux prochaines années, alors qu’il l’est aujourd’hui pour 75 % des répondants.

Les fonds climat de toute sorte sont devenus particulièrement importants pour les sociétés d’assurance, qui subissent un double coup dur à cause du réchauffement climatique – leur passif augmente en raison des demandes d'indemnisation pour les dommages liés aux conditions météorologiques, mais elles doivent aussi décarboner leurs actifs pour se conformer aux exigences réglementaires.

Comme le relève Lucian Peppelenbos, stratégiste climat chez Robeco : « Nous avons aujourd’hui une telle conscience du réchauffement climatique et de ses conséquences – c’est comme si la nature nous parlait. Une transition s’opère clairement : les investisseurs prennent de plus en plus conscience que leurs actifs sont bien réels et engendrent des répercussions bien réelles elles aussi, surtout en matière de climat et de biodiversité. »

Les sujets en rapport avec cet article sont :
Logo

Décharge légale Agree

Les informations présentes sur ce site Web sont destinées exclusivement aux professionnels. Un investisseur professionnel est : un investisseur qui, à titre professionnel, dispose d'assez de connaissances et d'une expertise et d'une expérience suffisantes pour pouvoir évaluer de manière adéquate les risques financiers liés aux décisions d'investissement prises par lui-même.

Les visiteurs de ce site Web doivent être conscients du fait qu’ils sont eux-mêmes tenus de respecter toutes les lois et règlements en vigueur dans leur pays.

En cliquant sur J'accepte, vous confirmez que vous êtes un investisseur professionnel. Si vous cliquez sur Je n'accepte pas, vous êtes orienté vers la partie réservée aux particuliers.

Je n’accepte pas