frankrijkfr
1929 : Poser les fondations

1929 : Poser les fondations

Quelques semaines après le krach de Wall Street, sept entrepreneurs originaires de Rotterdam constituent un syndicat destiné à investir l’épargne des particuliers dans le cadre d’une gestion collective. Ils le nomment Rotterdamsch Beleggings Consortium, plus tard rebaptisé Robeco. À cette époque, les dirigeants estiment que les actions ont atteint un point bas. Or la Grande Dépression des années 30 pénalise les actionnaires de Robeco qui perdent la moitié de leurs capitaux dans les deux premières années. Ces dirigeants choisissent de persévérer, jetant les bases du groupe moderne qu’est devenu Robeco.

Les années 30 : en quête d’une présence mondiale

Le premier Directeur de Robeco M. Wim Rauwenhoff attache la plus grande importance à la recherche et défend une approche scientifique de l’investissement. Les fondateurs jugent également qu’il est essentiel d’acquérir une présence internationale. C’est dans cet objectif qu’ils achètent des actions en Amérique du Sud dès 1930 et se développent en Europe et en Amérique du Nord avant de coter leur société sur la bourse d’Amsterdam en 1938.
 « Toute stratégie d'investissement doit s'appuyer sur de la recherche. »
« Toute stratégie d'investissement doit s'appuyer sur de la recherche. »
Wim Rauwenhoff, Robeco's first director (from 1933 to 1960)
Les années 1940 : au sortir de la guerre

Les années 1940 : au sortir de la guerre

Avec plus de la moitié des portefeuilles investis dans des placements sûrs aux États-Unis, les encours de Robeco ont été multipliés par plus de deux de 1941 à 1946. Pendant cette période, Robeco a développé son approche scientifique de l’investissement, et noué un partenariat avec l’Université Erasmus de Rotterdam, à la renommée aujourd’hui mondiale. Cette priorité accordée à la recherche a permis au groupe Robeco de devenir l’un des pionniers de la gestion quantitative et durable.

Les années 1950 : rendre les placements accessibles à tous

Les années 1950 : rendre les placements accessibles à tous

Des innovations supplémentaires ont été réalisées au cours des années 1950, notamment la création en 1953 d'un système d'épargne en actions permettant aux personnes ayant des moyens plus modestes d'épargner pour acquérir des actions Robeco, rendant ces placements plus accessibles aux citoyens néerlandais. Après la guerre, l’économie a connu une période d’expansion durant laquelle Robeco a été inscrit pour la première fois à la cote d’une bourse étrangère, à Paris en 1959.
Les années 1960 : Consolider notre présence à l’étranger

Les années 1960 : Consolider notre présence à l’étranger

Poursuivant notre développement à l’international avec la cotation de Robeco sur plusieurs places boursières européennes, dont Bruxelles (1960) et Londres (1962), Robeco devient, en 1963, la première entreprise européenne cotée sur le marché japonais. Deux ans plus tard, Rolinco, seconde société d'investissement, est créée pour servir les investisseurs privilégiant la croissance du capital aux dividendes imposables.

Les années 1970 : Premier fonds obligataire et croissance externe

Le rythme d’innovation et de diversification s’est accentué avec la création du premier fonds obligataire Robeco baptisé Rorento. Il s’agissait d’une réponse à la crise pétrolière durant laquelle les actions avaient lourdement chuté en 1973. Notre stratégie de diversification a pris une tournure différente après la signature d’un mandat de gestion d’actifs avec la Fondation Ford, marquant ainsi le lancement de nos activités de gestion d’actifs pour le compte de la clientèle institutionnelle, qui représente aujourd’hui environ 50 % de nos encours sous gestion. Durant les années 1970, Robeco a racheté nombre de ses concurrents dans le cadre d’une série de fusions pour devenir le premier gérant de fonds en Europe. Notre développement géographique s’est poursuivi sans relâche, avec l’ouverture de bureaux en France, au Luxembourg et en Suisse et la cotation de notre groupe sur les marchés boursiers de Hong Kong et Tokyo.
Années 80 : Le succès malgré la tourmente

Années 80 : Le succès malgré la tourmente

Les leçons tirées par Robeco du Jeudi noir de 1929 ont porté leurs fruits durant le second krach d’octobre 1987. En effet, le groupe venait d’adopter une politique de protection contre les chocs boursiers. En minimisant le risque grâce à la diversification, Robeco n’a pas été pris dans le mouvement de panique et ses actifs se sont repliés modérément par rapport à l’indice Dow Jones.
Les années 1990 : L’ère de l’investissement quantitatif et durable

Les années 1990 : L’ère de l’investissement quantitatif et durable

Durant cette période, Robeco a connu des évolutions clés en devenant pionnier de l’investissement quantitatif et durable et l’un des leaders mondiaux dans ces 2 domaines. La première stratégie quantitative a été lancée en 1994. Elle a été suivie par le premier fonds durable baptisé « Groencertificaten » ou Certificat vert créé conjointement avec notre nouvelle société mère en 1995. Par la suite, Robeco a lancé le premier fonds d’actions durables aux Pays-Bas.

Les années 2000 : nouveau millénaire, nouveaux jalons

Robeco a franchi de nouvelles étapes lors du nouveau millénaire. Le premier jalon a été posé aux États-Unis où Robeco a renforcé sa présence en rachetant Harbor Capital Advisors et Boston Partners Asset Management. Au début du 21ème siècle, nos encours sous gestion ont franchi la barre des 100 milliards d’euros. En parallèle, nous avons poursuivi notre expansion à l’international avec l’ouverture de bureaux au Moyen-Orient, en Europe et en Asie, et l’accès au marché indien suite à une joint-venture avec Canara. Nous avons également renforcé notre expertise dans l’investissement durable par le rachat de la société zurichoise Sustainable Asset Management, plus tard rebaptisée RobecoSAM, et par l’intégration des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) à nos processus d’investissement.
2013 : Notre acquisition par le japonais ORIX Corporation

2013 : Notre acquisition par le japonais ORIX Corporation

Un nouveau chapitre passionnant de notre histoire s’est ouvert avec le rachat par le groupe japonais de services financiers ORIX Corporation de 90,01 % du capital de Robeco à Rabobank. ORIX Corporation considère Robeco comme la plateforme la plus à même de contribuer au développement de son expertise en gestion d’actifs à l’international et lui permet d’augmenter non seulement ses encours mais aussi ses marges. Grâce à cette acquisition, Robeco intègre un groupe international de plus grande envergure doté d’une solide réputation, d’une structure de financement équilibrée et d’une vision sur le long terme.
2016 : une nouvelle structure organisationnelle

2016 : une nouvelle structure organisationnelle

ORIX Corporation a acquis le capital résiduel de Robeco (à savoir 9,99 %) et a modifié sa structure organisationnelle par la création d’une holding financière nommée Groupe Robeco (ORIX Corporation Europe N.V. depuis le 1 janvier 2018), sous laquelle un groupe de sociétés de gestion d'actifs opèrent désormais de manière autonome. Par ailleurs, Robeco dispose de son propre Conseil de surveillance et de sa propre direction générale. Fidèle à ses origines, il conserve son siège à Rotterdam.