belgiumfr
Intégrer l’information sur le crédit aux stratégies actions quantitatives

Intégrer l’information sur le crédit aux stratégies actions quantitatives

02-08-2017 | Recherche

L’évolution d’une classe d’actifs peut-elle influencer la performance d’une autre classe ? La réponse est « oui », selon nos travaux : le momentum se propage du marché du crédit aux actions. Nous utilisons cette information pour améliorer le momentum actions traditionnel dans nos stratégies actions quantitatives.

  • Bart van der Grient
    Bart
    van der Grient
    Reseacher
  • Wilma de Groot, PhD
    Wilma
    de Groot, PhD
    Head of Core Quant Equities
  • Joris Blonk
    Joris
    Blonk
    Researcher

Points clés

  • Un nouvel apport au facteur momentum
  • Des travaux qui s’appuient sur l’expertise historique de Robeco en recherche actions et obligations
  • Une valeur ajoutée qui complète le momentum actions

Depuis le lancement des modèles multifactoriels de sélection d’actions au début des années 1990, le facteur momentum du cours des actions a joué un rôle très important. Il est d’ailleurs intégré à l’ensemble de nos stratégies actions quantitatives. Nous savons désormais que le momentum de crédit apporte une valeur ajoutée à l’information déjà fournie par le momentum actions. Nous avons donc ajouté le momentum de crédit au facteur momentum de nos modèles de sélection d’actions.

Restez informé sur l'investissement quantitatif
Restez informé sur l'investissement quantitatif
Inscrivez-vous

Le momentum de crédit peut prédire l’évolution des actions

Des études récentes démontrent que le momentum actions n’est pas le seul à pouvoir prédire l’évolution du rendement action : le momentum de crédit joue également un rôle. En effet, les entreprises qui affichent des rendements obligataires élevés à moyen terme voient souvent le rendement de leurs actions progresser le mois suivant.

De fait, Bittlingmayer et Moser (2014) ont démontré qu’au sein d’un échantillon d’obligations High Yield, une baisse anormale du cours des obligations entraînait, le mois suivant, une baisse anormale du cours des actions correspondantes. Un an plus tard, Ben Dor et Xu (2015) ont créé des portefeuilles d’actions basés sur le momentum obligataire sur les douze derniers mois et ont engrangé des rendements positifs et très solides, avec des baisses moins prononcées que le momentum actions traditionnel.

Nous avons récemment étudié l’effet de transmission du momentum de crédit sur les marchés actions. Grâce à notre longue présence dans la recherche crédit, nous disposons d’une base de données mondiale très étoffée, qui contient des informations détaillées sur les obligations des indices Bloomberg Barclays (États-Unis et Europe, High Yield et Investment Grade) remontant jusqu’au début des années 1990. Le fait que des informations de cette ampleur soient beaucoup plus difficiles à obtenir pour des obligations que pour des actions explique peut-être pourquoi les marchés du crédit font l’objet de beaucoup moins de travaux universitaires. C’est ce qui rend notre recherche tout à fait unique.

Nous avons commencé nos analyses en étudiant la performance de l’effet de transmission du momentum de crédit en elle-même. Pour la période allant de janvier 1994 à décembre 2016, mois par mois, nous avons classé les valeurs de notre univers (composantes du MSCI et valeurs liquides hors indices) pour lesquelles nous disposions de données sur le rendement de l’action et sur le rendement obligataire sur les douze derniers mois (ce qui correspond à environ 800 entreprises en moyenne).

Les résultats confirment que l’information provenant des marchés du crédit compte également pour le rendement futur des actions : les actions des entreprises bénéficiant d’un solide momentum de crédit (différence entre le rendement excédentaire à douze et un mois) surperforment celles dont le momentum est faible au cours du mois suivant.

La plupart des stratégies de momentum actions excluent le mois le plus récent pour éviter l’inversion à court terme. Élément intéressant : nos travaux démontrent que l’inclusion du mois de rendement obligataire le plus récent augmente cet effet.

Pour autant, les travaux universitaires démontrant le pouvoir explicatif du momentum de crédit se limitent aux États-Unis. Notre base de données obligataire mondiale exclusive nous permet d’étudier ce point sur les marchés européens, puisque nous disposons d’une couverture suffisante pour les obligations libellées en euros, avec des données remontant à 2002. Les résultats, que l’on peut donc considérer comme des tests « hors échantillon » des travaux universitaires existants, révèlent que l’effet du momentum de crédit existe également en Europe.

Deux types d’information

Même si les facteurs de momentum de crédit et de momentum actions affichent une corrélation positive, ils fournissent des informations spécifiques. Nous avons réalisé une analyse de régression de Fama-MacBeth (1973) des rendements des différentes actions à un mois sur les valeurs passées du momentum de crédit et d’autres caractéristiques, notamment le momentum actions passé.

Ces régressions révèlent que le momentum de crédit à douze mois possède un contenu informatif supérieur à celui du momentum actions traditionnel et que cette valeur ajoutée provient à la fois du mois le plus récent et de l’effet de transmission sur le reste de l’année écoulée.

Intuitivement, il semble logique que momentum de crédit et momentum actions apportent des informations différentes, puisque les investisseurs de ces deux marchés s’intéressent à différents aspects de la même entreprise. En théorie, la valorisation d’une entreprise peut augmenter sans fin alors que la valeur des flux de trésorerie futurs de ses obligations est limitée. Conséquence : un investisseur en actions privilégie souvent le potentiel de progression d’une entreprise, tandis qu’un investisseur en crédit se focalise surtout sur le risque baissier (pour éviter un éventuel défaut).

Mise en œuvre dans les modèles

Forts de nos travaux, nous ajoutons l’effet de transmission du momentum de crédit au facteur momentum pour l’ensemble des modèles quantitatifs de sélection d’actions des stratégies Core Quant, Conservative Equities et Factor Investing à compter du deuxième trimestre 2017. En associant le momentum provenant à la fois du marché actions et du marché obligataire, nous nous approchons d’un signal de momentum « d’entreprise ».

Décharge légale Agree

Les informations présentes sur ce site Web sont destinées exclusivement aux professionnels. Un investisseur professionnel est : un investisseur qui, à titre professionnel, dispose d'assez de connaissances et d'une expertise et d'une expérience suffisantes pour pouvoir évaluer de manière adéquate les risques financiers liés aux décisions d'investissement prises par lui-même.

Les visiteurs de ce site Web doivent être conscients du fait qu’ils sont eux-mêmes tenus de respecter toutes les lois et règlements en vigueur dans leur pays.

En cliquant sur J'accepte, vous confirmez que vous êtes un investisseur professionnel. Si vous cliquez sur Je n'accepte pas, vous êtes orienté vers la partie réservée aux particuliers.

Je n’accepte pas