francefr
Les dilemmes de l’investissement durable : Quel impact avons-nous sur le monde réel en tant qu’investisseurs sur les marchés secondaires ?

Les dilemmes de l’investissement durable : Quel impact avons-nous sur le monde réel en tant qu’investisseurs sur les marchés secondaires ?

24-02-2022 | SI Dilemmas

L’allocation de capital est l’essence même de l’investissement. Mais quand on investit au travers des marchés secondaires (ce qui représente le plus gros de notre activité de gérants d’actifs), on ne voit guère le lien avec l’allocation réelle de nouveaux capitaux. Dans ce cas, pourquoi nous tient-on souvent responsables des investissements qui ont un impact négatif et nous reproche-t-on de nous attribuer tout le mérite des investissements qui ont un impact positif ?

  • Masja Zandbergen - Albers
    Masja
    Zandbergen - Albers
    Head of sustainability Integration

Points clés

  • Il est difficile de prouver que l’achat et la vente d’actions ou d’obligations provoquent des changements
  • La décarbonation qui s’appuie sur le dialogue actionnarial peut changer la donne
  • Pour avoir un impact au travers des marchés secondaires, il faut investir dans des entreprises innovantes

Sur le marché secondaire, il y a toujours un acheteur pour ce que nous vendons, et vice versa. Nous pouvons influencer les prix, mais la vente ou l’achat d’actions ou d’obligations ne provoque pas directement de changements dans le monde réel. Il existe toutefois plusieurs mécanismes au moyen desquels les investisseurs peuvent susciter des changements dans le monde réel.

En se basant sur les critères ESG pour allouer ou non des capitaux à une entreprise, on peut faire augmenter le coût de son capital (qui s’alourdit quand des fonds doivent être levés) ou signaler aux parties prenantes qu’elle devrait changer de comportement. Malheureusement, il n’y a toujours pas assez de données empiriques pour prouver que cela est particulièrement efficace1.

Et puis, les entreprises dont le coût du capital est plus élevé exigent naturellement des rendements plus élevés, ce qui pourrait être intéressant pour les investisseurs dont l’objectif exclusif est le gain financier. Un autre point de vue intéressant sur cette question est donné dans nos perspectives à 5 ans « Expected Returns », où nous examinons l’impact potentiel du réchauffement climatique sur le prix des actifs2.

On évalue généralement les entreprises sur la base de modèles de flux de trésorerie. Par opposition à cet argument à long terme en faveur des entreprises très polluantes (un coût élevé du capital conduisant à des rendements plus élevés), on peut invoquer un argument à court terme, celui de la période d’adaptation. Cet argument se fonde sur l’impact du réchauffement climatique et la façon dont les flux de trésorerie des entreprises seront affectés à moyen terme par les risques liés aux changements climatiques. Nous anticipons qu’au cours des cinq prochaines années une prime climatique positive sera intégrée dans les prix, ce qui diminuera le taux de rendements des entreprises très polluantes pendant cette « période d’adaptation ».

Il s’agit du deuxième article de notre nouvelle série consacrée aux dilemmes de l’investissement durable (SI Dilemma), qui expose certaines des difficultés que la mise en œuvre de l’investissement durable suscite même quand la motivation et l’enthousiasme sont au rendez-vous. Bien que l’investissement durable ne soit pas une science exacte, il reste au cœur des approches de Robeco en matière d’investissement et d’actionnariat actif.

Intervenir sur tous les fronts

En tant qu’investisseurs, nous devons relever un défi de taille : réduire notre impact négatif dans le monde réel et augmenter notre impact positif dans le monde réel. Nous ne disposons pas encore de faits probants qui montrent clairement que nous pouvons y parvenir par l’allocation de capital. Mais nous avons trouvé d’autres moyens d’exercer une influence. Notre feuille de route vers le zéro émission nette, dont l’objectif est d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, en est un exemple. Un volet important de cette initiative est la décarbonation de nos propres actifs.

Mais comme nous l’avons évoqué précédemment, ce n’est pas en vendant nos actifs qui génèrent le plus de CO2 que le monde va soudainement émettre moins de carbone. C’est pourquoi nous avons ajouté d’autres volets à notre feuille de route, comme la décarbonation de nos propres activités, une mesure qui a bel et bien un impact direct et qui montre que nous pratiquons ce que nous prêchons.

Nous essayons également d’accélérer la transition en engageant un dialogue actif avec les entreprises et les pays. Enfin, nous coopérons avec un grand nombre d’investisseurs, de chercheurs et d’initiatives du secteur pour établir des normes et promouvoir les investissements axés sur la lutte contre les changements climatiques. Qui plus est, nous avons pris l’engagement de travailler en collaboration avec nos clients à la décarbonation de notre portefeuille afin de couvrir 100 % de nos actifs sous gestion d’ici 2050.

La décarbonation est donc un volet essentiel de notre feuille de route zéro émission nette et nous cherchons à intervenir sur tous les fronts.

Avoir un impact en investissant sur les marchés secondaires

Tout cela étant dit, je refuse tout simplement de croire, en tant que vétéran de l’investissement durable, que nous n’avons aucun véritable impact en achetant et en vendant des actions sur le marché secondaire. Nous constatons que le développement durable gagne en importance à mesure que certains secteurs d’activité deviennent de moins en moins acceptables en matière d’investissement (tabac, armes controversées, charbon).

Dans le même temps, certaines entreprises sont devenues plus intéressantes pour les investisseurs dans des domaines tels que les produits d’efficacité énergétique et les véhicules électriques. Cela envoie un signal clair aux sociétés qui opèrent dans ces segments. Même s’il ne s’agit pas d’une prime dont nous pouvons profiter immédiatement, nous allons au moins connaître une période de transition.

Mais il existe aussi une seconde façon d’avoir un véritable impact, à savoir en cherchant dans quelle mesure les entreprises élaborent des produits et des services qui contribuent clairement à certains enjeux du développement durable. Nous pouvons aussi chercher à déterminer dans quelle mesure elles conçoivent de nouveaux business models et étendent leurs activités dans des marchés, des pays ou des régions peu desservis.

Les entreprises innovantes peuvent changer la donne

On peut citer par exemple les entreprises innovantes qui réduisent leur empreinte carbone grâce au recyclage, ou les groupes pharmaceutiques qui travaillent sur des modèles de tarification reposant sur l’efficacité du produit. Ces solutions permettent d’accéder à moindre coût aux soins médicaux (grâce au numérique) ou de fournir des médicaments dans les marchés insuffisamment desservis.

Au lieu de maintenir le statu quo, ces entreprises ont un véritable impact. Investir dans ces sociétés, c’est leur fournir un actionnaire qui soutiendra leur mission et leur orientation à long terme, ce qui les aidera à atteindre leurs objectifs financiers comme leurs objectifs d’impact.

Ainsi, en tenant compte à la fois des critères ESG et des critères de rentabilité, et en ajoutant au mélange une bonne dose d’actionnariat actif auprès des entreprises, des gouvernements et de nos clients, nous augmentons bel et bien la portée de notre impact.

1 David Blitz et Laurens Swinkels, « Is Exclusion Effective? », The Journal of Portfolio Management Ethical Investing, 2020. Gianfranco Gianfrate, Dirk Schoenmaker et Saara Wasama, « Cost of Capital and Sustainability: A Literature Review », Erasmus Platform for Sustainable Value Creation.
2https://www.robeco.com/fr/actualites/2021/09/perspectives-a-cinq-ans-les-annees-2020-tout-feu-tout-flamme.html

Les dilemmes de l’investissement durable
Les dilemmes de l’investissement durable
Lisez tous les articles
Les sujets en rapport avec cet article sont :
Logo

Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas