francefr
Prendre la mesure des actions chinoises : un marché trop important pour être ignoré

Prendre la mesure des actions chinoises : un marché trop important pour être ignoré

31-08-2020 | Vision

La montée en puissance de la Chine, devenant la deuxième économie mondiale, a été accompagnée par l'essor de son marché actions continental. Et en dépit de sa taille, ce pays reste encore méconnu de nombreux investisseurs.

  • Jie Lu
    Jie
    Lu
    Head of Investments China

Points clés

  • Le marché actions continental chinois occupe la deuxième place mondiale
  • Les sociétés présentent de nombreuses opportunités à mesure que les craintes liées au coronavirus diminuent
  • Le pays est sur la voie d'une nette reprise et l'un des rares à offrir de la croissance

Certains seront peut-être étonnés, mais le marché des actions chinoises de classe A des entreprises nationales en dehors de Hong Kong est le deuxième plus grand marché boursier au monde, avec une capitalisation approchant 10 000 milliards de dollars. Le marché indépendant des actions de classe H de Hong Kong occupe la quatrième place.

Pourtant, les actions chinoises de classe A sont largement boudées par les investisseurs, souvent pour des raisons de perception. La Chine émergeant plus rapidement que les autres pays du ralentissement provoqué par le Covid-19 et restant l'un des rares pays à afficher une croissance économique, le vent pourrait tourner en faveur des actions continentales.

Découvrez les dernières perspectives
Découvrez les dernières perspectives
Inscrivez-vous

Investors can not ignore China anymore: second largest market in the world

Source: Bloomberg, Robeco. As of August 17, 2020.

Jie Lu, Responsable des Investissements Chine de Robeco (stratégies actions chinoises de classes A et H) affirme que ce vaste marché est encore largement méconnu et sous-utilisé par les investisseurs occidentaux, alors qu'il offre une foule d'opportunités pour les investisseurs de style « growth ».

D'après lui, le problème vient principalement du fait que les actions de classe A ne sont incluses dans l'indice MSCI Emerging Markets que depuis 2018, et alors seulement avec une faible pondération, de sorte que dans le passé, elles n'étaient tout simplement pas connues des investisseurs mondiaux. «Ce marché est désormais devenu trop important pour être ignoré».

« La pondération au sein du MSCI EM est passée de 5 % à 20 % ; une inclusion totale ferait réellement connaître les actions chinoises sur la scène internationale. Il y a néanmoins certains obstacles que les régulateurs chinois doivent surmonter avant de pouvoir augmenter l'inclusion, notamment en rendant le marché moins opaque.

Des problèmes demeurent en matière de communication d'informations et de transparence, et c'est la raison pour laquelle l'investisseur international ne connaît pas bien ce marché. Ces questions devraient selon nous être résolues dans les cinq prochaines années. »

MSCI inclusion of A-share

Source: Factset, MSCI, RIMES, Morgan Stanley Research. As of end-July 2020.

Sortie du confinement

Jie Lu est d'avis que si la crise du coronavirus a durement touché le pays, de nombreuses sociétés ont en fait bénéficié des fermetures. Selon lui, cette situation a favorisé trois types d'entreprises. « En premier lieu ce sont les sociétés de e-commerce, les distributeurs en ligne et celles qui proposent des divertissements basés sur Internet qui ont bénéficié de l'utilisation accrue de l'Internet lors du confinement. Ces entreprises continuent de tirer leur épingle du jeu.

Ensuite, il y a celles de secteurs tels que celui de la santé qui ont affiché des résultats exceptionnels en raison du Covid-19. Pour finir, il y a un troisième groupe d'entreprises qui bénéficiera de la relance visant à lutter contre le ralentissement, comme les investissements en infrastructures dans le secteur de l'industrie, les matériaux de construction et la logistique.

On dispose ainsi d'un vaste choix de titres. Pour les entreprises qui ont moins bien tiré leur épingle du jeu, on trouve dans chaque secteur un consolidateur qui assure sa consolidation pendant les périodes difficiles. Il se peut que les petites entreprises soient rachetées, ou qu'elles doivent trouver à fusionner pour survivre. »

Quatre piliers de la réforme

Selon Jie Lu, il y a beaucoup à gagner des quatre piliers des plans chinois visant à transformer le pays en une société du XXIème siècle d'un niveau de vie comparable à celui de l'Occident. Ceux-ci sont l'amélioration de la consommation à mesure que les citoyens chinois deviennent plus riches, la technologie et de l'innovation qui sont les moteurs du progrès, la réforme structurelle qui mett davantage l'accent sur l'environnement et la modernisation industrielle, notamment des véhicules propres.

« Nous cherchons à investir dans des titres « growth » qui présentent des valorisations raisonnables en nous concentrant sur ces quatre domaines pour les actions de croissance thématiques », dit-il. « En raison du Covid-19, la Chine a lancé un nouveau cycle d'investissement dans les infrastructures, axé sur les technologies.

Des plans prévoient des investissements massifs dans l'intelligence artificielle, les grands centres de données, les installations à ultra-haute tension, et bien d'autres choses encore. Le Covid-19 a accéléré le développement dans les domaines des technologies et de la transformation industrielle. »

Une question d'investissement actif

En attendant, Jie Lu est d'avis qu'il ne sert à rien d'être un investisseur passif dans les actions chinoises. Plutôt que de présenter un inconvénient, l'inefficience notoire de ce marché en fait un paradis pour les investisseurs actifs comme Robeco. 

« Nous avons un très, très grand écart par rapport à l'indice, ce qui fait de nous un investisseur très actif », explique-t-il. « Le marché actions chinois est très inefficient, ce qui signifie qu'il existe de nombreuses opportunités d'investissement à exploiter pour un gérant actif tel que nous.

Il n'y a rien de mieux qu'un marché inefficient pour qu'un sélectionneur de titres puisse montrer ses capacités à identifier les gagnants. En investissant de manière passive, vous passeriez à côté d'une foule d'opportunités et cela n'aurait aucun sens. »

Le moteur de croissance repart

D'après Jie Lu , les investisseurs devraient s'attendre à ce que la Chine redevienne le moteur de la croissance mondiale. Le PIB a augmenté de 5,9 % au quatrième trimestre de 2019 avant le début de l'épidémie. Il a ensuite chuté de 6,8 % au premier trimestre de 2020 lorsque la vaste puissance industrielle de la Chine a été mise hors service. Une croissance de 3,2 % a été enregistrée au deuxième trimestre, la situation commençant à revenir à la normale.

« Il y a eu une deuxième vague de coronavirus à Pékin en juin, mais elle a été maîtrisée en deux semaines, grâce à un système de suivi très efficace et à un dépistage intensif », explique Jie Lu.  

« Nous pensons qu'il pourrait y avoir une troisième ou une quatrième vague dans certaines villes, mais elles seront maîtrisées assez rapidement. Nous nous attendons donc à des problèmes locaux plus isolés, plutôt qu'à un nouveau verrouillage à l'échelle nationale. Les investisseurs ne devraient pas trop s'inquiéter à ce sujet. »

Pas de nouvelle bulle

En même temps, Jie Lu est d'avis que la relance prévue par la Chine ne devrait pas créer une nouvelle bulle.
« Cette fois, le recours à la planche à billets par la banque centrale en matière de politique monétaire a été plus modéré – la relance est plus axée sur le plan budgétaire. Cela ne viendra donc pas gonfler la bulle du crédit et nous ne pensons pas qu'il y aura de revers majeur.

La Chine reste le seul pays en mesure d'enregistrer une croissance positive cette année. Et cette nation est clairement sur la voie d'une reprise en V. Les investisseurs disposent maintenant de beaucoup plus de certitude, de visibilité et de stabilité pour investir. » 

Les sujets en rapport avec cet article sont :
Logo

Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas