francefr
L’engagement, un outil important face aux risques de changement climatique

L’engagement, un outil important face aux risques de changement climatique

30-03-2020 | Vision

De plus en plus d’entreprises s’efforcent de fixer des objectifs de décarbonisation ambitieux, affirment les spécialistes de l’engagement chez Robeco.

  • Sylvia van Waveren
    Sylvia
    van Waveren
    Engagement Specialist
  • Cristina Cedillo Torres
    Cristina
    Cedillo Torres
    Engagement Specialist
  • Carola van Lamoen
    Carola
    van Lamoen
    Head SI Center of Expertise

Points clés

  • Un programme d’engagement ciblé auprès des principaux émetteurs de carbone
  • Davantage d’entreprises s’alignent sur les objectifs de l’accord de Paris
  • S’attaquer au lobbying climatique exercé par les entreprises est devenu une priorité

L’équipe Actionnariat actif s’engage auprès des principaux émetteurs de carbone, aux premiers rangs desquels figurent les producteurs de pétrole et gaz, les fournisseurs d’électricité d’origine fossile et les fabricants de produits chimiques. Cet engagement vise à atteindre les objectifs de l’accord de Paris, qui prévoit de limiter la hausse du réchauffement planétaire à bien moins de 2 degrés Celsius d’ici à 2100 par rapport aux niveaux pré-industriels. 

À cette fin, le monde doit vraiment devenir neutre en carbone avant 2050 : un défi de taille compte tenu de sa dépendance aux énergies d’origine fossile.

« Un monde sobre en carbone est très différent de celui dans lequel on vit, explique Sylvia van Waveren, spécialiste de l’engagement. La neutralité carbone exige un système énergétique essentiellement alimenté par les énergies renouvelables, avec des industries opérant selon un modèle économique circulaire qui minimise les ressources utilisées, les déchets, les émissions et les fuites énergétiques.

Pour certains secteurs, cette transition énergétique se traduira par des pertes financières liées aux ajustements variables de certaines valorisations d’actifs, ou à l’augmentation des coûts d’activité. La façon dont les entreprises répondent à ces enjeux climatiques peut influencer leurs résultats financiers. Les firmes capables de s’adapter seront les grandes gagnantes de cette transition. » 

Maintenant, suivez-nous aussi sur Instagram
Maintenant, suivez-nous aussi sur Instagram
Suivez

L’action climatique comme thème d’engagement

En 2018, l’équipe Actionnariat actif de Robeco a lancé son thème d’engagement « action climatique » auprès de 13 entreprises des secteurs pétrolier, gazier, électrique et chimique. Ce programme d’engagement les encourage à intégrer les problématiques climatiques dans la gouvernance, la stratégie, la gestion des risques, les indicateurs et les objectifs de leur organisation.

Ce programme s’aligne sur les Objectifs de développement durable de l’ONU, notamment l’ODD 7 (énergie propre et abordable), et l’ODD 13 (action climatique). « Pour réaliser ces ODD, il est essentiel de prendre des mesures urgentes de lutte contre les dérèglements climatiques et leurs conséquences », commente la spécialiste de l’engagement Cristina Cedillo Torres.

« Dans le même temps, il est nécessaire d’assurer l’accès à une énergie moderne fiable, durable et financièrement abordable. Le développement de sources énergétiques à émissions faibles ou nulles fait partie de la solution. Mais pour atteindre une économie neutre en carbone, de nombreuses autres technologies innovantes seront nécessaires, par exemple en matière de captage et de stockage du carbone, afin de permettre une baisse continue des énergies fossiles. Les entreprises du secteur énergétique jouent un rôle essentiel dans la réalisation de ces objectifs. »

Transition Pathway Initiative

L’équipe Actionnariat actif évalue les contributions des entreprises à ces ODD en examinant les scores attribués par la Transition Pathway Initiative (TPI), une initiative mondiale lancée par des investisseurs et soutenue par des gérants d’actifs. 

L’analyse concerne la qualité de management de l’entreprise et ses performances en matière d’émissions afin de déterminer si elle intègre les questions climatiques dans sa stratégie, ses objectifs d’émissions, son évaluation des risques stratégiques et la rémunération de ses dirigeants. 

Un élément clé de ce programme d’engagement est la collaboration avec l’initiative Climate Action 100+ (CA100+), lancée en 2017 par une coalition mondiale de plus de 450 investisseurs représentant à eux tous un encours de plus de 40 000 milliards de dollars. 

Des engagements inédits

« Le dialogue collaboratif a permis d’obtenir d’importants engagements pour réduire les émissions de gaz à effet de serre », explique Sylvia van Waveren. « Les leaders de la transition énergétique ont commencé à se démarquer de leurs pairs en s’engageant plus sérieusement à décarboner leurs opérations.

En outre, nous observons des engagements inédits de la part d’entreprises issues de secteurs où les émissions sont difficiles à réduire, ainsi que des engagements à communiquer sur le lobbying exercé par les entreprises en matière de changement climatique. 

L’un de nos objectifs est que les entreprises mettent en place un cadre de gouvernance solide qui énonce clairement la responsabilité du conseil d’administration et la supervision des risques et opportunités liés au changement climatique. Nous voulons aussi qu’elles démontrent explicitement le rôle de la direction dans la gestion de ces enjeux climatiques. »

Des progrès en matière de gouvernance climatique

Ce travail porte à présent ses fruits, puisque la plupart des entreprises admettent que leur propre pérennité dépend de la durabilité. « Les entreprises auprès desquelles nous sommes engagés ont réalisé des progrès dans leur gouvernance climatique », analyse Cristina Cedillo Torres. 

« La plupart (8 sur 13) ont été en mesure de prouver la responsabilité claire du conseil d’administration concernant les risques et opportunités de changement climatique, et de démontrer qu’elles ont un bon système de gestion du changement climatique. 

La majorité des entreprises du programme (9 sur 13) ont réalisé des progrès dans l’alignement de leurs stratégies commerciales sur les objectifs de l’accord de Paris. D’après les recherches de la TPI, trois firmes sont alignées sur les engagements de réduction d’émissions pris par les gouvernements dans le cadre de l’accord de Paris, par le biais des contributions déterminées nationalement. Une autre se base même sur le scénario climatique plus ambitieux des 2 °C. »

Le lobbying demeure problématique

Il y a cependant un hic : le lobbying des entreprises qui tentent, ouvertement ou non, de convaincre les législateurs de limiter les politiques de lutte contre le changement climatique pour protéger les revenus qu’elles tirent de leurs activités non durables. 

Les études montrent que de nombreuses sociétés des secteurs très polluants ont des pratiques de lobbying visant à bloquer ou à significativement réduire les politiques climatiques, soit de façon directe, soit par l’intermédiaire de leurs syndicats professionnels, assène Sylvia van Waveren. 

« Dans notre politique d’engagement, nous nous sommes concentrés sur l’amélioration de la divulgation des pratiques de lobbying anti-climat et avons exigé des entreprises qu’elles alignent leurs actions de pression sur leurs propres politiques climatiques. Jusqu’à présent, une seule entreprise a fait le point sur son appartenance à des associations professionnelles suite à la publication des rapports de lobbying, et même annulé certaines adhésions en cas de divergence importante. »

Vers la neutralité carbone

L’engagement va se poursuivre pour se concentrer sur la réduction des émissions et l’atteinte de la neutralité en carbone d’ici la date limite de 2050, annonce Cristina Cedillo Torres. « Il est encourageant de constater que de plus en plus de chefs d’entreprise s’engagent pour un avenir sobre en carbone et fixent des objectifs en ce sens pour le milieu du siècle. Mais d’autres mesures sont encore nécessaires. 

Alors que l’adoption d’objectifs zéro carbone d’ici 2050 est imminente, nos activités d’engagement se concentreront d’abord et avant tout sur la réalisation de cet objectif d’émissions nulles avec nos entreprises cibles. »

Logo

Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas