francefr
Égalité hommes-femmes : lentement mais sûrement

Égalité hommes-femmes : lentement mais sûrement

24-06-2019 | Vision

Une étude de RobecoSAM révèle que les entreprises ont encore du chemin à parcourir pour atteindre l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes.

  • Jacob  Messina, CFA
    Jacob
    Messina, CFA
    CFA, MBA, Executive Director, Head of Sustainable Investing Research, RobecoSAM
  • Markéta  Pokorná
    Markéta
    Pokorná
    Sustainability Investing Associate

Points clés

  • La proportion de femmes dans la population active a diminué
  • Il faudra 22 ans pour combler l’écart salarial entre les hommes et les femmes
  • Les dispositifs de garde d’enfants et la flexibilité du travail s’améliorent

L’étude montre que l’égalité des genres progresse lentement mais sûrement, et qu’il reste cependant beaucoup à faire en matière de salaires, d’évolution de carrière et de garde des enfants. 

Concernant la question très épineuse de la rémunération, au rythme actuel il faudra 22 ans pour combler les écarts salariaux, affirment Jacob Messina, directeur de la recherche chez RobecoSAM, et Markéta Pokornà, associée de recherche en investissement durable.

D’après l’analyse de Jacob Messina dans l’article intitulé « Slowly but surely: gradual progress towards gender equality » (Égalité femmes-hommes : lentement mais sûrement), et publié dans le RobecoSAM Yearbook 2019, la diversité hommes-femmes améliore la gouvernance d’entreprise, l’attraction de talents et le développement du capital humain – des facteurs importants pour la compétitivité à long terme.

Les entreprises qui adoptent des politiques encourageant la diversité des genres sont généralement des entreprises bien gérées qui savent que la parité stimule la créativité, favorise l’innovation, minimise les risques et accroît la productivité, tout en contribuant au bien-être des employés.

Découvrez les dernières perspectives
Découvrez les dernières perspectives
Inscrivez-vous

Cadre de mesure

Markéta Pokornà ajoute que le cadre de mesure pour l’égalité hommes-femmes de RobecoSAM confirme ce point de vue et suggère que les sociétés disposant d’une force de travail plus diversifiée et plus égalitaire sont en effet mieux à même de surperformer.

En outre, en établissant des règles uniformes sur le lieu de travail, les entreprises peuvent également contribuer à promouvoir l’égalité des genres dans l’ensemble de la société. De la même manière, les investisseurs qui tiennent compte de ces critères peuvent jouer un rôle pour impulser le changement social, en plus d’améliorer leurs performances.

La mesure des critères d’égalité femmes-hommes est un aspect essentiel du volet social de l’évaluation annuelle de la durabilité des entreprises, « Corporate Sustainability Assessment » (CSA), de SAM. Les résultats du dernier CSA montrent que si la sensibilisation et les actions en faveur de la parité ont augmenté dans le secteur public, l’évolution est plus lente dans les entreprises. 

Quatre thèmes principaux

Le CSA mesure la diversité des genres dans les données annuelles relatives aux performances environnementales, sociales et de gouvernance ( ESG) des entreprises. Les questions liées à la parité s’articulent autour de quatre grands thèmes :
  • La proportion de femmes dans les conseils d’administration des entreprises, et si la parité fait partie du processus et de la politique de nomination : ce point est important car les femmes sont dans l’ensemble sous-représentées à l’heure actuelle. Les entreprises doivent s’engager de manière transparente et formelle à garantir la parité aux plus hauts niveaux de direction.
  • La diversité des genres dans les effectifs, notamment le pourcentage de femmes aux postes d’encadrement : la parité stimule en effet le potentiel de performance d’une entreprise.
  • L’égalité salariale : collecter les données permettant de déterminer si la rémunération est égalitaire au sein des niveaux hiérarchiques (non-cadre, cadre, exécutif).
  • L’équilibre vie privée-vie professionnelle : bien que les responsabilités familiales incombent toujours largement aux femmes, les questions liées à la garde des enfants peuvent affecter les deux sexes, et cela nécessite une approche équilibrée. 
  •  

De nombreuses statistiques

L’étude de RobecoSAM a mis au jour de très nombreuses statistiques, tant positives que négatives, ainsi que des écarts régionaux importants quant aux progrès en matière d’égalité des genres. Par exemple, l’Europe obtient les meilleurs résultats avec 29 % de femmes dans les conseils d’administration, contre seulement 7 % dans des régions asiatiques culturellement plus patriarcales. 

La proportion de femmes dans les effectifs a globalement baissé, passant de 35,3 % à 35,0 % entre 2016 et 2017, inversant ainsi la tendance à la hausse observée ces dernières années. Curieusement, la part des femmes aux postes d’encadrement a augmenté sur cette même période, passant de 26,0 % à 26,3 %.

Sur le plan sectoriel, si les femmes représentent plus de la moitié des effectifs dans les services financiers, moins d’un quart d’entre elles sont gérantes senior. Les secteurs de l’énergie, des services aux collectivités et des matériaux comptent moins de femmes en moyenne dans leurs effectifs (respectivement 25 %, 23 % et 18 %), sans amélioration notable depuis 2013.

« La diversité des genres ne peut être obtenue qu’en promouvant l’égalité femmes-hommes, non pas à l’aide de quotas ou de mesures inadéquates des résultats, mais en luttant contre les stéréotypes sociaux et culturels qui empêchent les femmes de bénéficier au mieux des opportunités professionnelles », expliquent Jacob Messina et Markéta Pokornà. Lentement mais sûrement, les choses évoluent dans la bonne direction.

Lisez l’intégralité de l'article « Slowly but surely: gradual progress towards gender equality », ou inscrivez vous pour télécharger le rapport complet.

Les sujets en rapport avec cet article sont :

Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas