frankrijkfr
La durabilité fait désormais partie intégrante de l’investissement factoriel

La durabilité fait désormais partie intégrante de l’investissement factoriel

14-05-2018 | Vision

L’investissement factoriel a considérablement gagné en popularité ces dernières années, en particulier dans l’univers des actions. En tant que pionnier dans ce domaine, Robeco a observé une accélération des flux d’investissement soutenue par divers éléments, notamment l’obtention de plusieurs mandats significatifs. Responsable de la recherche en investissement factoriel actions et de la recherche en indices factoriels, Joop Huij explique quelques-unes des grandes tendances sur ce marché.

  • Joop  Huij
    Joop
    Huij
    Portfolio Manager, Head of Factor Investing Equities and Factor Index Research

Points clés

  • L'investissement factoriel n'est plus considéré comme une niche
  • L’essor des stratégies multifactorielles constitue une tendance majeure
  • Les investisseurs sont aussi devenus plus exigeants en matière d'ESG

L’investissement factoriel ne semble plus être considéré comme un investissement exotique ou de niche. Y a-t-il eu des changements notables dans la façon dont les investisseurs perçoivent ce type d’approche ?

« Tout à fait. L’investissement factoriel n’est plus considéré comme une niche réservée aux seuls investisseurs d’envergure ou très spécialisés. Et c’est une évolution majeure. Alors que par le passé nous ne nous adressions quasiment qu’aux seules grandes institutions, nous observons à présent une augmentation du nombre d’investisseurs de taille moyenne qui adoptent l’investissement factoriel. »

Restez informé sur l'investissement quantitatif
Restez informé sur l'investissement quantitatif
Inscrivez-vous

Lorsque vous dites que vous observez un intérêt accru de la part des investisseurs de taille moyenne, est-ce parce que les gérants d’actifs ne s’adressaient auparavant qu’aux grandes institutions et qu’ils se tournent maintenant aussi vers les petits investisseurs ? Ou est-ce vraiment une question de popularité ? En d’autres termes, est-ce grâce aux gérants d’actifs ou aux investisseurs ?

« Principalement grâce aux investisseurs, je pense. De nombreux grands investisseurs institutionnels envisagent et mettent en place des stratégies factorielles depuis plusieurs années maintenant. Mais les fondements scientifiques de l’investissement factoriel peuvent être compliqués à assimiler et exigent un important travail de terrain.

Or, les acteurs de taille moyenne ne disposent pas forcément des ressources pour réaliser ce travail. Ils ont tendance à se laisser davantage influencer par les consultants. Et depuis quelques années, des consultants de tous bords s’empressent d’adopter l’investissement factoriel. Il n’est donc pas vraiment surprenant de voir leurs clients – les investisseurs de taille moyenne – adopter cette stratégie à leur tour. »

Ces nouveaux venus abordent-ils l’investissement factoriel de la même façon que les grands investisseurs ?

« Pas nécessairement. En fait, nous avons observé un autre phénomène, à savoir que les investisseurs souhaitent de plus en plus intégrer l’investissement factoriel dans leurs portefeuilles, mais qu’ils ne sont pas toujours intéressés par les stratégies actives plus traditionnelles. Nos discussions avec les clients révèlent que la mise en place de l’investissement factoriel par le biais de produits indiciels devient de plus en plus courante.

C’est ce que confirment de nombreuses études. En gros, nous pouvons dire que les premiers adeptes de l’investissement factoriel étaient souvent des investisseurs déçus par les gérants de stratégies fondamentales actives, et qu’ils recherchaient des alternatives fondées sur les facteurs (et toujours actives). Aujourd’hui, toutefois, les investisseurs ayant utilisé des approches pondérées par les capitalisations du marché choisissent de plus en plus de mettre en œuvre les facteurs à l’aide d’indices, car c’est ce qui se rapproche le plus de ce qu’ils ont l’habitude de faire. »

« Nous observons à présent une augmentation du nombre d’investisseurs de taille moyenne qui adoptent l’investissement factoriel. »

Qu’en est-il de la durabilité ? Les préoccupations accrues autour des questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) transforment profondément l’investissement fondamental traditionnel. Cela se vérifie-t-il aussi pour la gestion quantitative et l’investissement factoriel en particulier ?

« Oui, en effet. Nous avons observé un changement significatif dans la façon dont les investisseurs considèrent les aspects de la durabilité, puisque depuis quelques années, les investisseurs s’intéressent aux questions ESG. Chez Robeco, nous avons explicitement intégré les critères ESG dans nos stratégies quantitatives actions dès 2010. Mais les investisseurs sont devenus de plus en plus exigeants, en particulier en matière d’émissions carbone.

Robeco a récemment décroché un mandat sur mesure d’actions multi-facteurs de 3 milliards d’euros, ce qui illustre bien cette tendance. Nous avons passé beaucoup de temps à affiner la stratégie en insistant sur les aspects de durabilité. Un élément important a été l’introduction d’un indice de référence carbone, qui permet à notre client de gérer et de réduire l’empreinte carbone globale de son portefeuille.

Et ce nouveau mandat est loin d’être un cas isolé. Début 2018, par exemple, nous avons été choisis par un autre fonds de pension pour élaborer un indice actions multi-facteurs intégrant des éléments ESG, afin de gérer plus d’un milliard d’euros. Ainsi, même si cela fait plusieurs années que nous parlons des critères ESG et que nous attirons l’attention des investisseurs sur ce thème, c’est seulement depuis peu que la durabilité fait partie intégrante de l’investissement factoriel. »

En termes d’exposition factorielle, avez-vous observé des changements récents en matière d’allocation aux facteurs individuels, comme la valorisation, le momentum ou la faible volatilité ?

« L’une des principales tendances que nous observons dans ce domaine ces dernières années est la montée des stratégies multifactorielles. Au début, les investisseurs avaient tendance à privilégier un seul facteur, tel que la valorisation ou la faible volatilité. Mais ils exigent aujourd’hui de plus en plus de solutions offrant une exposition à de multiples primes. C’est une façon pour eux de réduire la pression les années où un facteur donné sous-performe.

Les flux de ces derniers mois confirment cette augmentation des allocations multifactorielles. Cela dit, le facteur valorisation connaît aussi un sursaut de popularité inattendu. Je pense que cela a un rapport avec les faibles performances de ce facteur ces dernières années. Certains investisseurs ont été déçus et recherchent à présent des stratégies "value" plus sophistiquées pour remplacer les stratégies génériques.

En outre, certains investisseurs se sont rendu compte que, après plusieurs années de performances décevantes du facteur valorisation, leur portefeuille était sous-exposé à ce facteur. Cela explique pourquoi nombre d’entre eux ont décidé d’effectuer des allocations explicites à ce facteur ces douze derniers mois.

Dans le même temps, nous observons une demande accrue de valeur durable. Les stratégies value génériques ayant tendance à être surexposées aux sociétés affichant de fortes émissions de CO2 (groupes pétroliers et producteurs d’énergie, par exemple), Robeco a décidé de lancer une stratégie value durable. »

Cet article a déjà été publié dans notre magazine Quant Quarterly.

Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas