Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas
Investissement à faible volatilité : prévoyez l'imprévu

Investissement à faible volatilité : prévoyez l'imprévu

06-11-2014 | Recherche

Les actions à faible volatilité sont réputées pour être à la traîne des performances dans les phases de marchés haussiers et pour limiter les pertes en périodes de baisse. Mais est-ce toujours le cas ? En examinant les données historiques, nous remarquons que des événements exceptionnels, tant positifs que négatifs, peuvent survenir. Les investisseurs spécialisés dans les actions à faible volatilité devraient donc tenir compte de ce qu’il se passe en moyenne tout en intégrant des scénarios extrêmes...

  • David Blitz
    David
    Blitz
    PhD, Executive Director, Head of Quant Selection Research
  • Pim  van Vliet, PhD
    Pim
    van Vliet, PhD
    Managing Director, Head of Conservative Equities - Pim van Vliet

L'excès de confiance

En finance comportementale, il est bien connu que les Hommes ont tendance à être trop confiants. Ils surestiment par exemple leur capacité à prédire des résultats. Lorsqu'on leur demande d’estimer une fourchette dans laquelle un chiffre à 90 % de chance de se trouver, la plupart donnent une fourchette trop étroite, ne correspondant qu'à 40 % des réponses correctes.

De la même façon, les investisseurs peuvent sous-estimer l’étendue des résultats possibles d'une stratégie d'investissement à faible volatilité. Bien que nous ne contestions pas les attentes par rapport au scénario de base, la fourchette et la probabilité des scénarios possibles sont généralement sous-estimées et les investisseurs devraient augmenter la volatilité de leurs attentes.

A titre d'exemple, la probabilité qu’une stratégie à faible volatilité surperforme en phase de baisse n'est pas de 99 % ou 100 % comme on le suppose souvent, mais plus proche des 90%. Les investisseurs spécialisés dans les actions à faible volatilité tendent à profiter de l'excès de confiance d'autres investisseurs. Ils devraient toutefois faire attention de ne pas être eux-mêmes victimes de ce biais.

Restez informé sur l'investissement quantitatif
Restez informé sur l'investissement quantitatif
Inscrivez-vous

Tirer des leçons du passé

Nous avons examiné des données historiques et nous avons remarqué que les actions à faible volatilité ne se comportent pas toujours conformément aux attentes générales. Les investisseurs devraient de ce fait être préparés à l'imprévu. Toutes sortes de scénarios peu probables en matière de faible volatilité, qui choqueraient certainement un grand nombre d'investisseurs s'ils se produisaient aujourd'hui, se sont en réalité déjà produits par le passé, et souvent plus d'une fois.

À court terme, il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Cela ne change en rien les caractéristiques de performance à long terme des stratégies à faible volatilité : des rendements moyens similaires (voire supérieurs) à ceux des actions, avec une volatilité et un risque baissier moins élevés. La patience et la persistance sont nécessaires pour saisir la prime offerte par les actions à faible volatilité. Les investisseurs ne devraient donc pas changer de cap si les résultats escomptés ne se matérialisent pas immédiatement.

Gérer les attentes

Nos recherches montrent que les actions à faible volatilité peuvent sous-performer en période de baisse et que leur volatilité est parfois supérieure à celle du marché. Les effets de change peuvent également entraîner des distorsions même si une gestion de la couverture de la devise est en mesure d'atténuer ce problème. D'un autre côté, nous avons aussi constaté qu'une surperformance des actions à faible volatilité sur des marchés fortement orientés à la hausse n'est pas improbable, contrairement à ce que l'on pourrait penser. En réalité, cela se produit même assez souvent.

Performance réelle

La stratégie Robeco Conservative Equities est l’approche à faible volatilité de Robeco. Ses résultats réels depuis 2006 montrent que la probabilité de sous-performance lors de marchés baissiers est d'environ 10 %, soit un résultat en ligne avec ceux obtenus à long terme et ceux de l'indice MSCI Minimum Volatility durant cette période. Toujours selon l'analyse à long terme, la volatilité à 1 an a été réduite 80 % du temps environ. Dans 20 % des cas, la volatilité ex-post a été supérieure en période de hausses. S'agissant des investisseurs en euro, la part de la stratégie Conservative Equity dotée d'une couverture de change a permis de réduire plus fréquemment la volatilité. Enfin, la probabilité de surperformance en phase de hausse durant une période d'un an était supérieure à 50 %.

Ouvrir ses horizons

En résumé, nos recherches montrent que les investisseurs en titres à faible volatilité ne devraient pas seulement se focaliser sur le scénario moyen mais tenir compte des situations plus exceptionnelles et se préparer à l'imprévu. Ils pourront ainsi tirer profit de l'anomalie de la faible volatilité.