belgiumfr
« Une solide culture de la recherche vous permet de rester fidèle à votre philosophie d’investissement »

« Une solide culture de la recherche vous permet de rester fidèle à votre philosophie d’investissement »

13-05-2022 | Interview

L’investissement quantitatif est un vrai sport d’équipe, et ce plus que jamais. Nous en discutons et abordons d’autres sujets avec Harald Lohre, qui a récemment rejoint Robeco en tant que directeur exécutif de la recherche quantitative actions.

  • Harald  Lohre
    Harald
    Lohre
    Executive Director of Research
  • Lusanele Magwa
    Lusanele
    Magwa
    Investment Writer

Points clés

  • Un solide protocole de recherche est nécessaire pour séparer le bon grain de l’ivraie
  • Le retour des primes factorielles confirme notre logique d’investissement
  • L’investissement quantitatif a un avenir radieux dans une époque où les sources de données sont en pleine expansion

Qu’est-ce qui vous a incité à vous engager dans l’investissement quantitatif ?

« Je me suis lancé dans l’investissement quantitatif probablement en raison d’une disposition combinée à des compétences, mais aussi en raison de nombreuses coïncidences heureuses. Quand j’étais très jeune, mon père, qui était professeur de maths, a changé de métier en se lançant rapidement dans l’investissement quantitatif. Donc, j’ai grandi avec cette idée dès mon plus jeune âge. Plus tard, j’ai donc été naturellement attiré par des études en finance mathématique à l’Université de Constance.

Point important, j’ai fait partie du premier groupe d’étudiants à assister à ce cours. Par conséquent, j’avais un lien étroit avec la faculté de finance et j’ai développé un goût pour la rigueur académique. Mais j’ai aussi réalisé que j’étais réellement motivé dès que j’ai compris l’aspect concret des problèmes académiques que nous devions résoudre. Ainsi, le désir d’exploiter le meilleur des deux mondes en termes de théorie d’investissement et de gestion de portefeuille m’a finalement poussé sur la voie de l’investissement quantitatif. »

Restez informé sur l'investissement quantitatif
Restez informé sur l'investissement quantitatif
Inscrivez-vous

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Robeco ?

« Compte tenu de mon parcours professionnel dans le monde universitaire et la gestion d’actifs, j’ai toujours eu une affinité avec la recherche et encouragé mes collègues plus jeunes à suivre un itinéraire similaire pour leur développement personnel et professionnel. Cela se reflète dans ma relation avec l’Université de Lancaster, où je co-supervise un groupe d’étudiants en doctorat. Donc, j’ai été naturellement attiré par Robeco, une organisation où la recherche est prioritaire.

La possibilité de rejoindre les professionnels de l’investissement de Robeco, qui partagent le même état d’esprit, est un cadeau. Cela élargit le champ des possibilités en matière de projets communs avec les universités et aura des répercussions positives sur les collaborations avec les doctorants. Robeco est un nom très connu dans le domaine de l’investissement quantitatif. Cette notoriété repose essentiellement sur une équipe très efficace composée de professionnels de l’investissement quantitatif, qui se consacrent au développement d’une solide culture de la recherche. C’était un aspect essentiel pour moi, car nos convictions partagées ont fait de mon engagement une évidence. »

Quel type de culture produit la meilleure recherche ?

« La culture joue un rôle clé. Et pas seulement dans la recherche. Si nous réfléchissons à la qualité de nos produits et services, ils sont fondamentalement liés à la qualité de nos recherches. Par conséquent, il faut adopter une culture de la recherche qui récompense les recherches de haute qualité. La méritocratie est au cœur de cette culture, car les meilleures idées devraient toujours l’emporter, quelle que soit la personne qui les propose. Pour que ce soit une réalité, il est essentiel de créer un environnement sûr qui permet à chacun de s’impliquer et de s’exprimer.

En ce qui concerne l’investissement quantitatif, les problèmes que nous essayons de résoudre sont devenus assez complexes et nécessitent souvent une collaboration interdisciplinaire. L’investissement quantitatif est donc un véritable sport d’équipe, et ce plus que jamais. D’après moi, il faut avoir un sentiment d’unité, où il incombe à chaque personne de faire une différence. Concernant la recherche à proprement parler, il faut suivre un protocole de recherche solide, surtout si vous voulez séparer les facteurs gagnants des facteurs perdants dans un univers de facteurs en expansion constante. »

Quel est votre facteur favori ?

« En tant que père de quatre enfants, je n’ai qu’une seule réponse : vous devez tous les aimer. Mais blague à part, il faut éviter tout favoritisme également dans le domaine de l’investissement. Tous les facteurs présentent des forces et des faiblesses. Et celles-ci peuvent se révéler à des moments différents tout au long du cycle. Néanmoins, comme il est difficile de prédire ces derniers, il est prudent d’appliquer à l’investissement factoriel une approche diversifiée. »

Quel article universitaire pertinent avez-vous lu récemment ?

« L’article1 qui me vient à l’esprit aborde la navigation dans l’univers des facteurs, avec et sans la prise en compte des frais de transaction. Cela correspond beaucoup à notre objectif. La construction de portefeuilles basés sur les facteurs implique des frais et des frictions, et cet article analyse à quel point les décisions relatives aux portefeuilles varient quand les coûts sont pris en compte ou ignorés. Les chercheurs utilisent un cadre global de paramétrage des portefeuilles pour évaluer ces décisions et arbitrages par rapport à l’intérêt des investisseurs.

Je pense que c’est une approche significative, car elle se concentre non seulement sur le rendement lié à un facteur donné, mais aussi sur la manière dont cela sert finalement l’intérêt de l’investisseur et sur les facteurs qu’un investisseur choisira au vu des frais de transaction. En fin de compte, un investisseur choisirait beaucoup plus de facteurs si les frais de transaction étaient pris en compte. Ce constat met en lumière la diversification sous-jacente des frais de transaction dont les investisseurs peuvent bénéficier s’ils sont exposés à plus de facteurs dans leur portefeuille. »

Quels enseignements avez-vous tirés du dernier hiver quantitatif de 2018-2020 ?

« L’hiver quantitatif a été une leçon d’humilité pour moi. Cette période a été extrêmement difficile, car beaucoup de nos convictions fondamentales ont été mises à rude épreuve compte tenu de la longue durée de la phase. Ainsi, nous construisons des portefeuilles basés sur certaines caractéristiques factorielles que nous jugeons importantes sur le long terme, obtenant des portefeuilles diversifiés. Cependant, durant cette période, la stratégie gagnante était représentée par quelques titres « growth » qui, à leur tour, ont conduit à des indices de marché plus concentrés. Par conséquent, notre paradigme d’investissement a été temporairement déréglé.

« Pourtant, quelques temps plus tard, nous avons constaté le retour des primes de valorisation et autres primes factorielles, ce qui confirme notre logique d’investissement de longue date. Finalement, cette période nous a appris l’importance de rester fidèle à notre philosophie d’investissement. Et même si c’était ce qu’il fallait faire, nous avons vraiment été mis à l’épreuve. Bien entendu, il est vital de remettre en doute votre approche et de ne rien négliger. Mais il faut s’abstenir de surréagir. Une solide culture de la recherche vous permet de rester fidèle à votre philosophie d’investissement dans des périodes aussi difficiles et de communiquer votre approche en conséquence, afin de rester concentré sur la perspective à long terme. »

Comment envisagez-vous l’avenir de l’investissement quantitatif ?

« Je pense que l’investissement quantitatif a un avenir radieux. L’investissement consiste à transformer des informations en décisions relatives aux portefeuilles. Dans cette époque où de nouvelles sources de données se développent, il est plus important que jamais de rechercher soigneusement de véritables signaux. Mais c’est exactement ce qu’est l’investissement quantitatif depuis le début. Si vous regardez les récentes avancées dans les domaines de la puissance de calcul, de la méthodologie, de l’apprentissage automatique et du traitement automatique du langage naturel, tous les progrès ont été réalisés parallèlement à l’augmentation de la disponibilité des données. Ces avancées permettent en fin de compte aux investisseurs quantitatifs d’exploiter ces sources de données pour mieux comprendre les marchés, nous aidant ainsi à garantir la pertinence de notre proposition d’investissement.

Mais il est difficile de mettre en pratique une théorie d’investissement. Si vous les passez en revue, les travaux universitaires ont tendance à vous expliquer principalement les choses positives qui semblent fonctionner. Pour nous, il est toujours question de savoir si la théorie fonctionne vraiment dans la pratique. Étant donné le biais de publication positif, nous obtenons souvent en la matière des résultats qui donnent à réfléchir. Mais, en définitive, notre mission est de séparer le bon grain de l’ivraie et de faire la distinction entre ce qui génère réellement de la valeur et ce qui n’en génère pas. Encore une fois, tout ceci repose sur une solide culture de la recherche et un processus rigoureux. J’ai hâte de naviguer dans cet univers d’informations aux côtés de mes nouveaux collègues chez Robeco. »

1 DeMiguel, V., Martin-Utrera, A., Nogales, F. J. et Uppal, R., mai 2020, « A transaction-cost perspective on the multitude of firm characteristics », Review of Financial Studies.

Les sujets en rapport avec cet article sont :
Logo

Décharge légale Agree

Les informations présentes sur ce site Web sont destinées exclusivement aux professionnels. Un investisseur professionnel est : un investisseur qui, à titre professionnel, dispose d'assez de connaissances et d'une expertise et d'une expérience suffisantes pour pouvoir évaluer de manière adéquate les risques financiers liés aux décisions d'investissement prises par lui-même.

Les visiteurs de ce site Web doivent être conscients du fait qu’ils sont eux-mêmes tenus de respecter toutes les lois et règlements en vigueur dans leur pays.

En cliquant sur J'accepte, vous confirmez que vous êtes un investisseur professionnel. Si vous cliquez sur Je n'accepte pas, vous êtes orienté vers la partie réservée aux particuliers.

Je n’accepte pas