belgiumfr
Matières premières : à l’assaut des métaux !

Matières premières : à l’assaut des métaux !

05-06-2020 | Perspectives mensuelles
Avec des niveaux proches de leurs plus bas, les matières premières présentent un potentiel très attractif.
  • Jeroen Blokland
    Jeroen
    Blokland
    Portfolio Manager

Points clés

  • Potentiel de hausse des matières premières après le ralentissement provoqué par le coronavirus
  • Les services sont davantage touchés par les mesures barrières que l’industrie
  • Les métaux précieux et l’or en particulier serviront également de couverture si les choses tournent mal 

Selon Jeroen Blokland, cette classe d’actifs habituellement très délaissée présentera un potentiel colossal lorsque le pire de la récession économique sera passé. Les fonds multi-actifs de Robeco ont donc accru leur pondération aux matières premières – et aux métaux industriels en particulier –, afin de tirer parti de la reprise.

« Nous pensons que nous sommes près des plus bas, voire au plus bas, de la récession induite par le Covid-19 », affirme Jeroen Blokland, gérant de portefeuille senior du fonds multi-actifs de Robeco. Ce qui signifie que la demande mondiale devrait commencer à remonter à partir de maintenant, et qu’elle concernera aussi les matières premières, en particulier les métaux industriels.

Des ajustements commencent également à prendre forme du côté de l’offre. Les métaux précieux offriront un potentiel de hausse dans différentes situations économiques, notamment en cas d’essoufflement de la reprise mondiale ou d’augmentation des prévisions d’inflation.

« D’un point de vue tactique, il est donc temps de surpondérer les matières premières, ce que nous avons fait de manière neutre. » 

Découvrez les dernières perspectives
Découvrez les dernières perspectives
Inscrivez-vous

Industrie versus services

Selon Jeroen Blokland, les données actuelles suggèrent que le secteur manufacturier se sortira mieux de la récession que le secteur des services, toujours soumis aux gestes barrières tels que la distanciation sociale. 

Les mesures actuelles resteront en place plus longtemps dans certaines activités de services que dans les activités manufacturières. Or, ces dernières constituent la majorité de la demande de matières premières. Le fait que les indices des directeurs d’achats (PMI) du monde entier aient atteint des niveaux bien plus bas dans les services que dans l’industrie étaye cette hypothèse.

« Outre une reprise de la demande, nous anticipons aussi un ajustement de l’offre. Un rééquilibrage des marchés des matières premières a débuté et se poursuivra dans les mois et trimestres à venir. Le pétrole en est un bon exemple, l’OPEP+ ayant réduit sa production de près de 10 millions de barils par jour.

Concernant les métaux industriels, nous tablons aussi sur un rééquilibrage, mais de manière moins centralisée. » Ces marchés étant caractérisés par des distances géographiques considérables entre les producteurs et les consommateurs, les stocks de métaux industriels ont explosé ces derniers mois, faute de débouchés dans le contexte du confinement.

Les prix de matières premières repartent à la hausse. Source : Bloomberg.

Une bonne façon de se diversifier

Selon Jeroen Blokland, les métaux précieux représentent certes un bon investissement dans le contexte de reprise économique attendue, mais aussi une bonne option pour diversifier un portefeuille. Ils peuvent servir de couverture (une forme d’assurance) si les choses n’évoluent pas comme prévu. 

« L’or en particulier offre une couverture intéressante dans différents scénarios macroéconomiques », analyse-t-il. Son statut de valeur refuge a été confirmé lorsque la pandémie de coronavirus a frappé l’économie mondiale. Le métal jaune a atteint 1 700 dollars en avril, flirtant avec les sommets atteints en 2011 et 2012, et généré un rendement positif de plus de 6 % en mars et avril.

« Notre scénario de base n’est pas celui d’un nouveau ralentissement, car au vu des extraordinaires mesures de relance qui continuent d’être mises en œuvre par les banques centrales et les gouvernements, nous pensons que les prévisions d’inflation pourraient augmenter une fois que le choc de désinflation sera derrière nous et que la reprise s’amorcera. »

L’actif réel par excellence

Considéré par de nombreux investisseurs comme l’actif réel par excellence, l’or s’est historiquement bien comporté lorsque les prévisions d’inflation ont augmenté. À l’heure actuelle, ces prévisions sont très modérées. « Alors qu’il faudra peut-être du temps pour qu’une hausse de l’inflation se concrétise, nous n’excluons pas cette possibilité à plus long terme. Notamment parce que nous pensons qu’une grande partie des mesures de relance resteront en place encore longtemps. »

Une augmentation constante de l’inflation (prévisions) mettrait probablement fin au débat sur la soutenabilité de la dette. Certaines banques centrales ont déjà fait part de leur volonté de laisser l’inflation dépasser les niveaux cibles dans leur juridiction respective. « Nous pensons que l’or se portera bien si la croissance et l’inflation repartent à la hausse.

Et n’oublions pas son petit frère, l’argent. Dans ce contexte, nous pensons aussi que ce métal générera de bonnes performances. D’une part, parce que l’or et l’argent évoluent le plus souvent en tandem. D’autre part, parce que, contrairement à l’or, l’argent est utilisé dans l’industrie (alliages, électronique) et qu’il bénéficierait donc d’un retour de la demande mondiale. Ces dernières années, le ratio or/argent a atteint des niveaux extrêmes. Nous prévoyons un retour à la moyenne de ce ratio lorsque la demande industrielle aura repris. » 

Réduire le risque émergent

L’exposition accrue aux matières premières a nécessité de réduire la pondération des actions émergentes, une classe d’actifs historiquement proche des matières premières, qui sont exploitées par les pays en développement.

« Les actions émergentes intègrent une reprise importante, voire une reprise en V, ce qui laisse peu de place à l’erreur », analyse Jeroen Blokland. « Ce n’est certainement pas le cas des matières premières. Nous pensons que la performance relative des matières premières augmentera lorsque la reprise économique aura démarré et que le rééquilibrage offre-demande s’effectuera. 

Parmi toutes les classes d’actifs, les matières premières ont le moins pris en compte la reprise économique mondiale que nous prévoyons dans les trimestres à venir. Le rééquilibrage offre-demande et l’amélioration claire du PIB qui suivront cette crise économique sans précédent devraient donc pousser les prix des métaux industriels à la hausse. »

Les sujets en rapport avec cet article sont :
Logo

Décharge légale Agree

Les informations présentes sur ce site Web sont destinées exclusivement aux professionnels. Un investisseur professionnel est : un investisseur qui, à titre professionnel, dispose d'assez de connaissances et d'une expertise et d'une expérience suffisantes pour pouvoir évaluer de manière adéquate les risques financiers liés aux décisions d'investissement prises par lui-même.

Les visiteurs de ce site Web doivent être conscients du fait qu’ils sont eux-mêmes tenus de respecter toutes les lois et règlements en vigueur dans leur pays.

En cliquant sur J'accepte, vous confirmez que vous êtes un investisseur professionnel. Si vous cliquez sur Je n'accepte pas, vous êtes orienté vers la partie réservée aux particuliers.

Je n’accepte pas