belgiumfr
Aujourd’hui plus que jamais, il est temps de penser au-delà du modèle de Fama-French

Aujourd’hui plus que jamais, il est temps de penser au-delà du modèle de Fama-French

28-04-2020 | Recherche
2010-2019 a été une décennie perdue pour les facteurs du modèle de Fama-French, alors que d’autres facteurs pour les actions s’en sont bien sortis.
  • David Blitz
    David
    Blitz
    Head of Quant Research

Points clés

  • Les facteurs du modèle de Fama-French affichent des performances négatives ces dix dernières années
  • Cela avait déjà été le cas entre 1990 et 1999
  • D’autres facteurs ont généré des performances positives sur la période 2010-2019
Restez informé sur l'investissement quantitatif
Restez informé sur l'investissement quantitatif
Inscrivez-vous

Les facteurs du très utilisé modèle1 à cinq facteurs de Fama-French ont vécu une décennie perdue entre 2010 et 2019 : la valorisation, la taille, la rentabilité et l’investissement ont généré une performance moyenne négative, tandis que la performance de chacun d’eux a été bien inférieure à sa moyenne à long terme. Cependant, il serait trop simple de se baser sur ce seul résultat pour rejeter l’investissement factoriel dans son ensemble.

Il s’avère que les contre-performances des facteurs de Fama-French entre 2010 et 2019 ne sont pas inédites. Une nouvelle étude2 de Robeco montre qu’en réalité, les performances des dix dernières années sont très similaires à celles enregistrées par ces quatre facteurs sur la période 1990-1999, ce qui n’a empêché ceux-ci d’effectuer un retour marqué pendant la décennie suivante.

En outre, nous découvrons que de nombreux autres facteurs éprouvés pour les actions, mais non pris en compte dans le modèle de Fama-French, ont généré une performance positive entre 2010 et 2019. Ces facteurs incluent le rendement sur distribution, les intérêts cumulés, les intangibles, le momentum des prix, les révisions des analystes, le momentum des résultats, les variations saisonnières, les inversions à court terme et le faible risque.

Ce constat fait clairement apparaître un paradoxe : alors que la plupart des facteurs les plus communément acceptés ont connu une décennie perdue entre 2010 et 2019, de nombreux autres, souvent considérés inférieurs ou redondants par la communauté académique, sont en réalité ceux qui ont généré les meilleures performances au cours de cette même période.

Seul le temps dira si les facteurs du modèle de Fama-French sont capables d’effectuer un autre retour dans les prochaines décennies

La décennie 2000-2009 a donc été une sorte d’image inversée des années 2010-2019, durant laquelle les facteurs du modèle de Fama-French ont produit des performances exceptionnellement élevées et laissé la plupart des autres facteurs loin derrière. Seul le temps dira si les facteurs du modèle de Fama-French sont capables d’effectuer un autre retour dans les prochaines décennies.

D’ici là, leurs contre-performances récentes auront des conséquences sur les recherches relatives à l’évaluation des prix. Pour commencer, le modèle à cinq facteurs aura du mal à expliquer les solides alphas du Modèle d’évaluation des actifs financiers (CAPM) sur la période 2010-2019, car si ces facteurs n’offrent eux-mêmes aucune prime au départ, leurs charges positives n’expliqueront pas les résultats.

Notre étude remet également en question l’objectif de réduire le « zoo des facteurs » (ces centaines de facteurs mentionnés dans la littérature académique) et de n’en retenir que quelques-uns qui seraient réellement pertinents pour expliquer toutes les performances des actions, comme les quatre facteurs du modèle de Fama-French.

Bien que les facteurs du modèle de Fama-French continuent d’afficher de solides performances à long terme, ils ont à présent connu deux décennies perdues durant lesquelles divers autres facteurs se sont bien comportés. Par conséquent, il semble qu’un plus grand nombre de facteurs soit nécessaire pour obtenir une description précise et complète de l’ensemble des performances des actions.

Lisez l’article sur SSRN.

1 Ce modèle a été proposé en 2015 par Eugene Fama, lauréat du prix Nobel, et son collaborateur Kenneth French. Les deux chercheurs estimaient qu’en plus du marché, les investisseurs devaient tenir compte de la valorisation, la taille, la rentabilité et l’investissement. Dans la pratique, ces deux derniers facteurs sont souvent combinés pour former le facteur qualité. Les facteurs du modèle de Fama-French sont considérés comme une norme dans la littérature académique et sont largement utilisés dans les études empiriques.
2Blitz, D.C., 2020, « Factor Performance 2010-2019: A Lost Decade? », document de travail.
Les sujets en rapport avec cet article sont :
Logo

Décharge légale Agree

Les informations présentes sur ce site Web sont destinées exclusivement aux professionnels. Un investisseur professionnel est : un investisseur qui, à titre professionnel, dispose d'assez de connaissances et d'une expertise et d'une expérience suffisantes pour pouvoir évaluer de manière adéquate les risques financiers liés aux décisions d'investissement prises par lui-même.

Les visiteurs de ce site Web doivent être conscients du fait qu’ils sont eux-mêmes tenus de respecter toutes les lois et règlements en vigueur dans leur pays.

En cliquant sur J'accepte, vous confirmez que vous êtes un investisseur professionnel. Si vous cliquez sur Je n'accepte pas, vous êtes orienté vers la partie réservée aux particuliers.

Je n’accepte pas