frankrijkfr
Les pièges de la gestion passive dans un indice de référence mondial multi-classes d’actifs

Les pièges de la gestion passive dans un indice de référence mondial multi-classes d’actifs

20-09-2017 | Prévisions sur 5 ans
Dans la mesure où il n’existe pas d’indice mondial pour les fonds multi-classes d’actifs de gestion passive, un groupe de chercheurs en a inventé un, et les résultats sont surprenants.
  • Laurens Swinkels
    Laurens
    Swinkels
    Researcher

Points clés

  • Les investisseurs passifs ont tendance à allouer leurs fonds dans des classes d’actifs spécifiques
  • Des chercheurs ont créé un portefeuille de marché mondial à des fins de comparaison
  • Les résultats montrent qu’adopter une gestion 100 % passive n’est pas la meilleure solution
Souhaitez-vous lire l'intégralité du rapport ?
Souhaitez-vous lire l'intégralité du rapport ?
Téléchargez ‘Expected Returns 2018-2022’

Les investisseurs ont tendance à utiliser l’investissement passif pour certaines classes d’actifs et non comme une solution à part entière. Le problème est que s’il existe de véritables indices de référence, tels que le MSCI World pour les actions ou le Barclays Aggregate pour les obligations, il n’existe pas d’indice reconnu dans l’univers multi-classes d’actifs.

Par conséquent, à quoi ressemblerait un indice de référence réellement passif pour les investisseurs multi-classes d’actifs? Serait-il susceptible d’obtenir le statut d’indice de référence à l’avenir ? Dans sa publication Historical Returns of the Market Portfolio, Ronald Doeswijk, ancien stratégiste en chef chez Robeco, Laurens Swinkels, chercheur chez Robeco et Trevin Lam, analyste quantitatif chez Rabobank, ont simulé les performances d’un tel indice.

Ils ont commencé par inventer un portefeuille de marché mondial (GMP) regroupant tous les investisseurs du monde, avec des pondérations reflétant la constitution du portefeuille moyen d’aujourd’hui (voir graphique ci-dessous).

Un portefeuille de marché mondial théorique. Source : https://personal.eur.nl/lswinkels/

Performances du GMP

Ils ont ensuite utilisé une base de données regroupant les performances historiques depuis 1960, sur la base des travaux de Roger Ibbotson et Laurence Siegel, premiers chercheurs à avoir réalisé une étude rigoureuse sur un GMP théorique. Durant la période d’analyse de 56 ans (1959-2015), ce portefeuille a réalisé une performance annuelle composée de 8,4 %.

Dans les quatre principales classes d’actifs, les actions ont produit la plus forte performance annualisée composée (9,5 %), suivies par l’immobilier (9,2 %), les obligations corporate (investment grade et high yield, 7,4 %) et les obligations d’État (7,0 %). Une fois corrigée de l’inflation qui a prévalu de 1960 à 1979, la performance réelle annuelle moyenne a été de 2,8 %, tandis que durant la période de déflation (1980-2015), le GMP a généré une performance moyenne de 6,2 %.

Pour autant, suivre un tel portefeuille passif n’est peut-être pas optimal, car certains marchés peuvent s’écarter de ce que l’on peut considérer comme l’équilibre, et conduire à de fausses valorisations dans le temps. C’est ce que l’on a vu pendant la bulle Internet, lorsque les valeurs technologiques s’échangeaient à des multiples élevés qui se sont par la suite révélés erronés. En matière d’offre d’actifs, les actions et les obligations sont souvent émises lorsque les conditions du marché sont bonnes, un effet de timing invisible quand on calcule les performances réelles.

Portefeuilles alternatifs

Pour surmonter ces problèmes, les auteurs ont construit trois portefeuilles avec des pondérations fixes qui sont rééquilibrées tous les ans. Dans la mesure où leur allocation ne change jamais, il serait plus facile de les comparer dans le temps. Le premier portefeuille était équipondéré entre les quatre classes d’actifs principales. Dans le deuxième, la capitalisation boursière de chaque classe d’actif a été prise en compte, ce qui a donné un portefeuille composé de 40 % d’actions, 30 % d’obligations d’État, 20 % d’obligations non souveraines et 10 % de titres immobiliers. Le troisième portefeuille alternatif contenait 50 % d’actions et 50 % d’obligations d’État.

Résultat ? Les trois ont généré une performance composée moyenne supérieure au marché, de 31 % pour le premier, 25 % pour le deuxième et 15 % pour le troisième.

En d’autres termes, le GMP n’est probablement pas le portefeuille optimal. Ajouté au fait que l’approche de marché multi-classes d’actifs varie de manière significative en matière de profils de risque, cela semble indiquer que la marge de manœuvre est limitée pour les futures performances d’une approche réellement passive, peu importe si cette forme d’investissement devient populaire.

Cet article résume l’un des cinq sujets thématiques de nos dernières perspectives à cinq ans.

Expected Returns 2018-2022
Expected Returns 2018-2022
Tout afficher

Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas