francefr
Élections américaines : le jeu des pronostics

Élections américaines : le jeu des pronostics

20-10-2020 | Vision
Les élections américaines de 2020 entrent dans leur dernière ligne droite. Les cotes des paris et les sondages indiquent que l'ancien vice-président Joe Biden devance largement le président Donald Trump, mais le mois d'octobre peut encore réserver des surprises.
  • Regina Borromeo
    Regina
    Borromeo
    Portfolio Manager
  • James Stuttard
    James
    Stuttard
    Head of Global Macro team and Portfolio Manager, Robeco
  • Rikkert  Scholten
    Rikkert
    Scholten
    Portfolio Manager

Points clés

  • Les élections présidentielles américaines ne sont qu'un événement parmi d'autres très volatils 
  • Un plan de relance supplémentaire est essentiel, mais le calendrier reste incertain 
  • Nous continuons de privilégier la grande qualité dans nos portefeuilles Global Macro

À deux semaines de l'échéance, les élections américaines de 2020 entrent dans leur dernière ligne droite. Les cotes des paris et les sondages indiquent que l'ancien vice-président Joe Biden devance largement le président Donald Trump, mais le mois d'octobre peut encore réserver des surprises.  

En effet, des événements marquants se sont produits dans les 48 dernières heures des courses présidentielles de 1968 (la « paix d'Halloween » au Vietnam) et de 1980 (le débat final). Rappelons les événements du mois dernier : le décès d'une juge de la Cour suprême et la nomination de sa remplaçante, un premier débat des plus houleux, l'hospitalisation du président en raison du Covid-19 et, désormais, des spéculations concernant l'implication du fils de Joe Biden, Hunter, dans divers accords commerciaux à l'étranger et de potentiels conflits d'intérêts.  

Si les marchés des produits dérivés tablent sur une volatilité légèrement plus élevée autour du 3 novembre, les actions et les spreads de crédit n'ont pas tenu compte de risques potentiels significatifs jusque récemment. Comme exposé dans nos récentes Perspectives trimestrielles Global Macro,nous estimons que l'élection du président des États-Unis – et, peut-être plus important encore pour le marché des bons du Trésor américain et le dollar, celui du Sénat – ne constitue qu'un événement volatil parmi d'autres.

Découvrez les dernières perspectives
Découvrez les dernières perspectives
Inscrivez-vous

Les paris et les sondages penchent pour Joe Biden

Nous estimons depuis cet été que la dynamique du vote suivra la voie de la pandémie et de la reprise économique. La façon dont Donald Trump a géré la pandémie de coronavirus a été comparée à la piètre réaction de George W. Bush face à la catastrophe de l'ouragan Katrina, qui a coïncidé avec une chute de sa cote de popularité et des intentions de vote en sa faveur. À la suite du premier débat présidentiel, chaotique, puis de l'hospitalisation de Donald Trump en raison du Covid-19, Joe Biden bénéficie actuellement d'une solide avance dans les cotes des paris et les sondages nationaux et semble être en tête dans des États décisifs tels que la Pennsylvanie, le Wisconsin et le Michigan.

Récemment, les sondages au niveau national indiquent que Joe Biden creuse l'écart de plus de 10 %, soit davantage que lors du duel Donald Trump/Hillary Clinton en 2016. N'oublions pas qu'en raison du système du collège électoral, il est possible qu'une avance de Joe Biden de 3 % dans les sondages nationaux ne se traduise pas au niveau des États, comme ce fut le cas en 2016.

La récente poussée de Joe Biden a conduit les marchés à tabler sur un scénario de la « vague bleue », à savoir que les démocrates s'empareraient des deux chambres du Congrès : le Sénat et la Chambre des représentants. Le scrutin sénatorial est d'autant plus essentiel que la probabilité que la Chambre des représentants demeure aux mains des démocrates est supérieure à 90 %. Pour remporter le Sénat, les démocrates doivent faire basculer trois sièges en cas de victoire de Joe Biden (quatre en cas de défaite). Les modèles de PredictIT et de FiveThirtyEight donnent aux démocrates une probabilité de 66 % de ramener le Sénat dans leur giron, les tendances étant similaires à celles de l'élection présidentielle.

Poussée de la politique de Joe Biden et potentielle vague bleue démocrate

Le programme électoral de Joe Biden est plus progressiste et plus libéral que ce à quoi les investisseurs auraient traditionnellement pu s'attendre de la part d'un candidat modéré. Le plan de dépenses qu'il propose pour les dix prochaines années, d'un montant de plus de 6 000 milliards de dollars, englobe les infrastructures (1 300 milliards de dollars), le changement climatique (1 700 milliards de dollars), les soins de santé (750 millions de dollars) et l'enseignement supérieur (1 500 milliards de dollars). Son plan laisse penser que ces éléments seront principalement financés par des augmentations de l'impôt sur le revenu, de l'impôt sur les plus-values et de l'impôt sur les sociétés (taux d'imposition de 28 %) ainsi que par la suppression des niches fiscales. Légiférer en ce sens pourrait toutefois se révéler difficile en pratique, puisque même si les démocrates remportent à la fois la présidence et le Sénat, tout texte de loi devra également être approuvé par les démocrates modérés du Congrès. Sans compter que certaines des mesures proposées nécessiteront une majorité qualifiée d'au moins 60 sièges au Sénat sans laquelle leur approbation s'annonce compliquée.  

La récente réaction positive à la probabilité croissante d'une vague bleue laisse penser que le marché adhère à l'idée selon laquelle un vaste plan de relance, couplé à une réduction des incertitudes concernant la politique étrangère, devrait compenser les effets négatifs d'une hausse des impôts et d'un renforcement de la réglementation du secteur financier. Il s'agit là d'une évolution par rapport à la situation qui prévalait il y a plusieurs mois : le scénario d'une vague bleue était alors globalement vu comme une source d'inquiétude en raison des hausses d'impôts. S'agissant des résultats de l'élection, nous envisageons quatre grands scénarios illustrés dans le tableau ci-dessous. 

Tableau 1 | Principaux scénarios pour les élections et conséquences attendues

Source: Robeco

Conséquences sur la politique de la Fed et les taux d'intérêt

La question de la conclusion d'un accord de relance supplémentaire avant les élections est un moteur essentiel des marchés des taux. Comme l'a souligné le compte-rendu de la réunion du FOMC de septembre, un accord est plus que nécessaire. S'il intervient avant les élections, il conduira à une hausse des taux des bons du Trésor et à une courbe plus pentue. S'il n'a pas lieu avant les élections, nous prévoyons tout de même un accord, mais seulement après un résultat clair du scrutin. Dans ce cas de figure, c'est l'incertitude qui régnera à court terme sur les plans budgétaire et électoral. Nous estimons à 70 % les chances de ne pas voir d'accord budgétaire conclu avant les élections. 

À court terme, la contestation des résultats constitue le principal risque pour la relance budgétaire. Un seul des scénarios (Donald Trump président, Congrès divisé) nous laisse penser qu'un accord de relance considérable n'aura pas lieu non plus sur le long terme. 

Les enseignements de l'an 2000

Face à Joe Biden qui accroît son avance dans les sondages, le risque d'une élection contestée ou de résultats retardés par des recours en justice et des mouvements de protestation est désormais sous-estimé par les marchés. À court terme, ce scénario constituerait assurément un événement générant de l'aversion au risque et une volatilité accrue.  

Malgré l'avance de Joe Biden dans les sondages, la cote de popularité de Donald Trump reste relativement stable, son niveau de soutien s'établissant à 35 % et au-delà. Or à plus de 40 %, le président sortant a encore de bonnes chances de l'emporter. Pour ce faire, les sondeurs indiquent toutefois que sur le plan démographique, il devra emporter l'adhésion des femmes ayant un bon niveau d'instruction – ce qui explique qu'il se concentre sur le vote des familles de banlieue. Au cours des deux semaines à venir, surtout s'il n'y a pas de vainqueur le 3 ou le 4 novembre, nous prévoyons un sentiment de risque vulnérable et une hausse de la volatilité à court terme. 

L'histoire dira si le coronavirus est à Donald Trump ce que l'ouragan Katrina a été à George W. Bush. 

Logo

Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas