francefr
Capter et stocker les émissions carbone : éliminer le CO2 à une échelle industrielle

Capter et stocker les émissions carbone : éliminer le CO2 à une échelle industrielle

17-06-2019 | Vision
Si nous produisons du CO2 à une échelle industrielle, nous devons également l’éliminer à une échelle industrielle. C’est le principal message qui est ressorti d’une table ronde organisée par Robeco sur le thème du captage et du stockage du dioxyde de carbone (en anglais, Carbon Capture and Storage ou CCS), un moyen essentiel de lutter contre le réchauffement climatique.
  • Sylvia van Waveren
    Sylvia
    van Waveren
    Engagement Specialist

Points clés

  • Des investisseurs se sont réunis lors d’une table ronde pour discuter du captage et du stockage du carbone
  • La technologie CCS est cruciale pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris
  • Elle pourrait constituer une forme d’impact investing ; le dialogue actionnarial peut y contribuer

Lors de cet événement organisé par l’initiative Dutch CIO Exchange et coordonné par le fonds de pension APG, plusieurs intervenants spécialisés ont évoqué la façon dont la technologie CCS peut être utilisée, sa pertinence dans nos portefeuilles d’investissement et la question de savoir s’il s’agit d’une opportunité d’investissement. Organisée le 8 mai au siège social de Robeco à Rotterdam, cette rencontre a rassemblé une cinquantaine de personnes issues de différents domaines (des universitaires jusqu’aux investisseurs dans le pétrole et le gaz).

Ces dernières années, l’accent est surtout placé sur les efforts de réduction des émissions de CO2 afin de se conformer à l’objectif de l’accord de Paris de limiter le réchauffement planétaire à moins de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux pré-industriels, d’ici la seconde moitié du siècle. Le CCS permet d’éviter les rejets de CO2 dans l’atmosphère en captant les émissions générées par la combustion des combustibles fossiles pour les stocker ou les utiliser (CCUS).

Découvrez les dernières perspectives
Découvrez les dernières perspectives
Inscrivez-vous

Un processus en trois étapes

Accueillis par le CIO de Robeco, Peter Ferket, les participants ont appris que dix investisseurs (dont Robeco) font désormais partie du groupe de travail de CIO Exchange sur la transition énergétique, lequel souhaite entamer un dialogue actionnarial avec sept entreprises pétrolières et gazières européennes cotées.

Niels Berghout, analyste au sein de l’Agence internationale de l’énergie, a indiqué que l’un des principaux enjeux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui est que 70 % de l’énergie mondiale provient toujours des combustibles fossiles, une situation qui perdurera dans les prochaines décennies, en particulier en Chine et en Inde. Le CCS est l’une des rares technologies capables de supprimer les émissions associées.

Le CCS est un processus en trois étapes, explique-t-il, consistant à capter le CO2 émis par une centrale ou un site industriel, le transporter par pipeline ou bateau et le confiner dans le sol de manière sécurisée. La plupart des sites existants peuvent être équipés de cette technologie de captage, mais il est moins coûteux de l’intégrer dans la construction de nouveaux sites. Le CCS empêche tout rejet de carbone dans l’atmosphère.

Associer la combustion de combustibles issus de la biomasse à l’utilisation du CCS peut générer ce que l’on nomme des « émissions négatives », ce qui signifie que du CO2 est en fait éliminé de l’atmosphère. Au fil du temps, cette technologie deviendra de plus en plus importante pour répondre aux objectifs climatiques.

Une montée en charge nécessaire

Niels Berghout a également indiqué que si le monde souhaite respecter le scénario d’une hausse bien inférieure à 2 degrés, le CCS devra représenter 14 % de toutes les réductions cumulées de CO2 entre aujourd’hui et 2060. Si l’on veut atteindre l’objectif plus ambitieux de 1,5 degré, la contribution du CCS devra être de 32 %. Il a indiqué que 23 projets à grande échelle étaient actuellement en opération, mais que « l’utilisation du CCS doit être multipliée par des centaines de fois pour atteindre les objectifs climatiques ».

Les aspects techniques du CCS ont été présentés par le professeur Earl Goetheer, scientifique principal de l’organisation néerlandaise de la recherche scientifique appliquée (TNO : Toegepast Natuurwetenschappelijk Onderzoek). Il a présenté les moyens de capter le CO2, en se concentrant sur la distinction entre précombustion et postcombustion, et évoqué les potentielles utilisations du CO2 comme ressource pour fabriquer des produits chimiques et des carburants ayant une valeur de marché.

Perspectives de l’entreprise

John MacArthur, vice-président de Group Carbon chez Shell, a souligné que la majorité des scénarios élaborés par des organismes tels que l’AIE, le GIEC et Shell accordent une place importante au CCS qui limite l’augmentation des températures à moins de deux degrés Celsius, conformément à l’accord de Paris.

Il a précisé que le CCS n’a rien de nouveau puisqu’il s’agit d’une technologie éprouvée et utilisée depuis les années 1970. Il a de nouveau insisté sur le rôle critique qu’elle doit jouer dans la décarbonisation de l’industrie lourde si le monde veut respecter les objectifs de l’accord de Paris.

Le CCS est également utile en matière de création et de maintien d’emplois (potentiellement plus de 200 000, selon des études réalisées au Royaume-Uni et en Norvège). John MacArthur a également présenté les différents projets de CCS dans lesquels Shell est engagé, notamment l’initiative OGCI (Oil and Gas Climate Initiative), une collaboration entre 13 grands groupes pétroliers et gaziers qui souhaitent exploiter leur force collective pour contribuer à catalyser le CCS et contribuer aux Objectifs de Développement Durable des Nations Unies.

Peut-on investir dans le CCS ?

Cinq grandes questions ont émergé des discussions : Le CCS est-il une véritable solution pour la transition énergétique ? Quelle est sa pertinence dans un portefeuille d’investissement ? Quelles sont les principales questions à poser pour entamer le dialogue avec les entreprises ? Comment engager une politique en la matière ? Peut-on investir dans cette technologie ?

La majorité des participants a estimé que le CCS est en effet une partie de la solution et qu’il devrait l’être aussi dans le dialogue actionnarial entre les gérants d’actifs et l’industrie pétrolière et gazière. Mais le CCS n’est pas vraiment « investissable » s’il n’est pas inclus dans l’impact investing (achat d’obligations vertes axées sur le CCS par exemple), ou utilisé pour contribuer à l’action climatique (ODD 13). Enfin, les participants ont estimé que la tarification du carbone offrirait une incitation commerciale pour accélérer l’innovation et l’investissement dans le CCS.

Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas