Information importante

L’information publiée dans les pages de ce site internet est plus particulièrement destinée aux investisseurs professionnels.

Certains fonds mentionnés dans le site peuvent ne pas être autorisés à la commercialisation en France par l’Autorité des Marchés Financiers. Les informations ou opinions exprimées dans les pages de ce site internet ne représentent pas une sollicitation, une offre ou une recommandation à l’achat ou à la vente de titres ou produits financiers. Elles n’ont pas pour objectif d’inciter à des transactions ou de fournir des conseils ou service en investissement. Avant tout investissement dans un produit Robeco, il est nécessaire d’avoir lu au préalable les documents légaux tels que le document d’information clé pour l’investisseur (DICI), le prospectus complet, les rapports annuels et semi-annuels, qui sont disponibles sur ce site internet ou qui peuvent être obtenus gratuitement, sur simple demande auprès de Robeco France.

Nous vous remercions de confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous avez lu, compris et accepté les conditions d’utilisation de ce site internet.

Je n’accepte pas
La stabilité du portefeuille : une vertu de la faible volatilité

La stabilité du portefeuille : une vertu de la faible volatilité

08-06-2015 | Recherche

Les transactions sont nécessaires pour poursuivre une stratégie de gestion active. Cependant, effectuer des opérations excessives est toutefois lié au comportement humain. Dans cet article, récemment publié sur SSRN, Pim van Vliet s'est penché sur deux questions : pourquoi les investisseurs effectuent des transactions et quel volume est nécessaire pour qu'une stratégie à faible volatilité soit efficace.

  • Pim  van Vliet, PhD
    Pim
    van Vliet, PhD
    Managing Director, Head of Conservative Equities - Pim van Vliet

Points clés :

  • Des études académiques établissent un lien entre les opérations de trading excessives et les biais induits par un excès de confiance et la divergence d'intérêts.
  • Une étude montre qu'un taux de rotation de 30 % des titres en portefeuille devrait être suffisant pour réduire la volatilité à long terme d'environ 25 %.
  • L'exposition aux facteurs ‘valeur’ (prix du titre) et ‘momentum’ (tendance du cours de bourse) est une des raisons expliquant que le taux de rotation soit supérieur.
  • Les investisseurs en actions à faible volatilité ne devraient faire ni trop, ni trop peu de transactions.

Toute stratégie active qui dévie des indices de marché nécessite d’effectuer des transactions. Toutefois, trop d’opérations peuvent nuire à la performance en raison des frais supérieurs. Pour construire un portefeuille à faible volatilité, un rééquilibrage régulier est nécessaire car les risques liés aux titres, aux pays et aux secteurs varient avec le temps. Mais de quel volume de transactions a-t-on réellement besoin pour construire et maintenir de manière efficace un portefeuille à faible volatilité ?

Restez informé sur l'investissement quantitatif
Restez informé sur l'investissement quantitatif
Inscrivez-vous

Effectuer des opérations excessives est lié au comportement humain

La littérature académique établit un lien entre les opérations excessives et le comportement humain. L'une des explications à une rotation inutile du portefeuille est le biais d'excès de confiance qui est bien documenté. La plupart des investisseurs trop confiants sont des acheteurs nets d'actions à forte volatilité et vendeurs nets d'actions à faible volatilité.

Une autre explication est qu'il y a une divergence d'intérêts entre les gérants d'actifs et les détenteurs d'actifs : effectuer des transactions donne un signal positif aux supérieurs hiérarchiques et aux clients. Lorsque cette situation est poussée à l'extrême, le fait d'éviter les opérations implique de détenir passivement les titres de l'indice pondéré en fonction du marché.

Exploiter les inefficiences du marché nécessite d'effectuer des transactions

En ce qui concerne la volatilité, la valeur et le momentum, l'indice boursier est inefficace et pour tirer profit de ces facteurs, un certain volume d'opérations est requis. Il importe alors de savoir dans quelle proportion.

Cet article montre qu'un taux de rotation de 30 % devrait être suffisant pour réduire la volatilité à long terme d'environ 25 %. Une étude qui reprend 21 analyses précédentes révèle une relation concave limitée entre la réduction du risque et les volumes d'opérations. En d'autres termes, au-delà de 30 %, toute rotation supplémentaire se traduit par une baisse marginale plus faible de la volatilité.

« Une rotation de 30 % devrait être suffisante pour réduire la volatilité à long terme d'environ 25 % »

D’après les études menées, les actions à faible volatilité font l'objet d'un taux de rotation plus faible indiquant une activité moins soutenue de la part de traders sur ce segment de marché. Étant donné que ces actions sont souvent de grandes capitalisations boursières par rapport à celles à forte volatilité, elles sont également plus liquides. Effectuer des transactions sur ces titres est alors plus rentable que celles opérées sur des actions à forte volatilité. Le total des frais de transaction nécessaire pour obtenir une exposition maximale ne doit pas excéder 20 points de base et peut même être réduit davantage. De ce fait, les clients devraient avoir un regard plus critique si un indice ou un gérant d’actions à faible volatilité effectue trop de transactions.

Une exposition à d'autres facteurs implique un faible volume de transactions supplémentaires

S’exposer à des facteurs permettant d'optimiser la performance, comme la valeur et le momentum, pourrait être une raison valable d’effectuer davantage d’opérations de trading dans le cadre d'une stratégie à faible volatilité. Cependant, lorsqu'elles sont intégrés de manière optimale, ces expositions n'entraînent quasiment pas de rotation supplémentaires.

La prise en compte de la valeur et du momentum peut s'avérer très intéressante pour deux raisons. La première est qu'il est possible d'enregistrer des gains rapides en excluant d'une stratégie à faible volatilité les actions les plus onéreuses et présentant un momentum défavorable. La deuxième est que ces facteurs tendent à être négativement corrélés entre eux et peuvent de ce fait être intégrés de manière efficace dans le cadre d'une stratégie optimisée.

Ni trop, ni trop peu…

En tant qu'investisseur à long terme, nous visons à agir avec prudence en jouant la carte de la tempérance qui est une vertu : ne pas effectuer trop de transactions, ni trop peu. Selon Aristote, le juste milieu est l'équilibre souhaitable entre deux extrêmes. Poussé à l'extrême, même quelque chose de positif peut s'avérer négatif.

Il est bon par exemple d'avoir du courage, mais trop de courage conduit à l'imprudence. Pour les investisseurs en actions à faible volatilité la question est de savoir si la rotation est une bonne chose ou une mauvaise chose ?

N’avoir aucune rotation indiquerait une gestion passive du portefeuille, stratégie inefficace intégrant trop de risque. A l’opposé, une rotation excessive nuit à la performance à long terme. Les conclusions de cette étude confirment que le juste milieu s'applique également à l'investissement à faible volatilité : effectuer, ni trop, ni trop peu trop de transactions.

Les sujets en rapport avec cet article sont :