belgiumfr
La valorisation survivra-t-elle à l'hiver quantitatif ?

La valorisation survivra-t-elle à l'hiver quantitatif ?

01-09-2020 | Vision
Le facteur valorisation a enregistré d'excellentes performances durant la première décennie de ce siècle. Mais ces dernières années, il a connu la plus forte baisse de son histoire et sa survie est même remise en cause. D'où cette question cruciale : la valorisation va-t-elle faire son retour et de nouveau bénéficier aux investisseurs ?
  • Pim  van Vliet, PhD
    Pim
    van Vliet, PhD
    Head of Conservative Equities
  • Guido  Baltussen
    Guido
    Baltussen
    Head of Quant Allocation

Points clés

  • Les primes de valorisation et autres primes pourraient rester négatives près de dix ans
  • L'allocation aux titres « value » réduit le risque de portefeuille à long terme, même en période difficile
  • Les investisseurs doivent avoir conscience de leurs écarts comportementaux et rester patients

Le débat actuel sur l'avenir de la prime de valorisation rappelle les discussions passées relatives à la prime des actions elle-même, qui a été déclarée morte plusieurs fois au fil des ans. En 1979, par exemple, le magazine BusinessWeek évoquait « la mort des actions », car ces titres n'avaient généré aucune prime depuis plus de dix ans1.

À l'époque, les performances négatives des actions étaient dues à une forte inflation qui empêchait les entreprises de faire fructifier leurs résultats réels nets. Cette raison explique les performances passées décevantes, mais n'est pas très utile pour prévoir les futurs rendements. Après la publication de cet article en 1979, le marché actions est devenu l'un des plus haussiers de l'histoire.

Cela montre qu'il était largement prématuré de discuter de la disparition de la prime actions. La phase haussière a pris fin avec l'éclatement de la bulle technologique en 2000, et en 2009, certains investisseurs se demandaient à nouveau si la prime des actions avait disparu après une nouvelle décennie de performances médiocres. Or, nous savons tous que les années 2010 ont été favorables aux marchés actions.

Un message important à retenir de tout cela est que les investisseurs qui souhaitent maximiser leurs chances de récolter les primes des actions doivent penser à long terme et faire preuve de patience. S'ils étaient devenus nerveux et avaient vendu lorsque la situation était au plus mal, ils auraient pu passer à côté de performances ultérieures colossales.

Découvrez les dernières perspectives
Découvrez les dernières perspectives
Inscrivez-vous

Les valorisations suggèrent des performances futures supérieures à la moyenne

Les investisseurs doivent penser en décennies, pas en trimestres, car les performances des marchés peuvent considérablement évoluer sur des périodes courtes. Cela est également valable pour les facteurs éprouvés dans le temps, tels que la valorisation. Ainsi, nos recherches montrent que les performances des titres « value » générées par l'expansion des multiples ont tendance à revenir à la moyenne à long terme.

Plus spécifiquement, si l'on examine des périodes de détention de dix ans, nous découvrons que les titres « value » deviennent généralement moins chers et que les multiples s'accroissent lorsque les rendements passés de ces titres sont faibles et que ceux des titres « growth » sont élevés. Toutefois, nous observons aussi qu'au cours des dix années suivantes, ces rendements ont tendance à être sensiblement plus élevés qu'au cours de la décennie précédente.

De ce point de vue, les multiples actuels suggèrent qu'au cours des dix prochaines années, la prime de valorisation sera probablement bien plus élevée que sa moyenne à long terme.

Notre étude des résultats d'investissement à long terme montre aussi que la combinaison de différents facteurs est un bon moyen de réduire la volatilité d'un portefeuille et la probabilité de périodes prolongées de sous-performance. Même si la valorisation ne générait aucune prime, elle contribuerait toujours à réduire le risque dans une stratégie multifactorielle.

De la nécessité d'être patient

Enfin, tandis que les investisseurs sont souvent attirés par les styles actions, sur la base de leurs performances passées, ils doivent en réalité faire preuve de patience dans les périodes de faibles performances, afin de combler la différence entre les rendements d'investissement et les rendements pour l'investisseur. Car l'insuffisance des capacités de timing (autrement dit, le manque de patience) annule souvent les avantages d'une exposition aux primes bien récompensées.

Les facteurs génèrent des primes, mais ils supposent inévitablement des périodes difficiles aussi. Les investisseurs doivent faire attention à ne pas prendre ou liquider leurs positions au pire moment possible – en vendant par exemple des actions, comme en 1979. Les rallies des titres « value » ayant tendance à être prononcés et difficiles à prévoir, assurez-vous de rester dans le jeu et de vivre ce qui est indéniablement un hiver des titres « value ».

Logo

Décharge légale Agree

Les informations présentes sur ce site Web sont destinées exclusivement aux professionnels. Un investisseur professionnel est : un investisseur qui, à titre professionnel, dispose d'assez de connaissances et d'une expertise et d'une expérience suffisantes pour pouvoir évaluer de manière adéquate les risques financiers liés aux décisions d'investissement prises par lui-même.

Les visiteurs de ce site Web doivent être conscients du fait qu’ils sont eux-mêmes tenus de respecter toutes les lois et règlements en vigueur dans leur pays.

En cliquant sur J'accepte, vous confirmez que vous êtes un investisseur professionnel. Si vous cliquez sur Je n'accepte pas, vous êtes orienté vers la partie réservée aux particuliers.

Je n’accepte pas