belgiumfr
Engagement avec des compagnies d'électricité sur les stratégies de lutte contre le changement climatique

Engagement avec des compagnies d'électricité sur les stratégies de lutte contre le changement climatique

17-10-2019 | Vision
Le remplacement des énergies fossiles par des énergies propres est un élément clé pour limiter le changement climatique. La communication d'informations sur la stratégie des compagnies d'électricité à cet égard est particulièrement importante, car elles sont à l'avant-garde de la transition énergétique.
  • Cristina Cedillo Torres
    Cristina
    Cedillo Torres
    Engagement Specialist
  • Carola van Lamoen
    Carola
    van Lamoen
    Head of Active Ownership

Points clés

  • Le rapport présente les résultats de l’engagement avec neuf compagnies d'électricité
  • Ces neuf entreprises se concentrent toutes sur une décarbonisation à long terme
  • Des résultats mitigés en matière de transparence sur la sortie des centrales au charbon

Afin d'essayer de définir les meilleures pratiques et d'améliorer les connaissances sur la question, Robeco et Lyxor Asset Management ont évalué les informations liées au climat communiquées par neuf compagnies d'électricité américaines et européennes dont les empreintes carbone sont les plus élevées.

Leurs conclusions ont été publiées dans un rapport intitulé « Are electric utilities’ governance and strategies fit for the energy transition? » (La gouvernance et les stratégies des compagnies d'électricité sont-elles adaptées pour la transition énergétique ?). L'analyse permet aux investisseurs d'identifier les meilleures pratiques en matière de communication d'informations liées au climat dans le secteur des services aux collectivités, ce qui peut soutenir de futures activités en matière de dialogue actionnarial.

Découvrez les dernières perspectives
Découvrez les dernières perspectives
Inscrivez-vous

De sérieux risques pour la stabilité

Selon Carola van Lamoen, responsable de l'actionnariat actif chez Robeco, le changement climatique présente de sérieux risques pour la stabilité de l'économie mondiale et est susceptible d'avoir un impact sur de nombreux secteurs économiques. « L'un des secteurs les plus exposés aux risques liés au climat est celui des services aux collectivités, car il est au centre de la transition énergétique. »

L’engagement était fondé sur l'efficacité avec laquelle les neuf compagnies d'électricité respectaient les recommandations du Groupe de travail sur l'information financière relative au climat (TCFD) lancé par le Conseil de stabilité financière en juin 2017. Celles-ci portent sur quatre aspects clés : la gouvernance, la stratégie, la gestion des risques, et les mesures et objectifs.

Le rapport met en lumière les points suivants :

  • Les neuf entreprises se concentrent toutes sur une décarbonisation à long terme et se fixent des objectifs pour 2030 et même 2050. Trois d'entre elles ont pris l'engagement ambitieux de devenir neutres en carbone d'ici 2050.
  • Les neuf entreprises ont également toutes intégré la gestion et la surveillance des questions liées au climat dans les structures de gouvernance existantes. Huit d'entre elles indiquent explicitement que leur conseil d'administration est responsable du suivi de ces questions.
  • Trois sociétés disposent d'un comité dédié aux questions de développement durable, mais une seule charge explicitement un comité de gestion des risques de superviser les contrôles internes relatifs au développement durable.
  • Trois entreprises lient la rémunération de leur PDG à leurs stratégies climatiques, en utilisant des mesures pour évaluer la rémunération liée à la performance.
  • Les neuf sociétés se sont toutes engagées à ne pas développer de nouvelles capacités de production au charbon et à réduire leur exposition actuelle, mais la transparence demeure un problème.

Les questions sont actuellement traitées

Selon Florent Deixonne, responsable de la gouvernance et de l'investissement responsable chez Lyxor, il est encourageant de constater que des réponses à ces questions sont apportées par la direction et les conseils d'administration des entreprises.

« Toutefois, seules quelques-unes de ces sociétés communiquent les domaines d'attention et les tâches entreprises par le conseil et leurs comités, et expliquent comment la direction et le conseil interagissent entre eux. De telles informations faciliteraient l'évaluation par les investisseurs de la mesure dans laquelle les questions liées au climat font l'objet d'une attention suffisante de la part du conseil d'administration et de la direction. »

Lier le changement climatique à la rémunération

En termes d'incitation financière, seules trois entreprises lient la rémunération de leur PDG à leurs stratégies climatiques. Pour Déborah Slama Yomtob, Analyste ISR chargée des activités de vote et de dialogue actionnarial chez Lyxor, la rémunération est un outil important pour aligner les intérêts des dirigeants et du personnel avec les mesures et les objectifs qui favorisent la résilience de l'entreprise et créent ainsi de la valeur à long terme.

« Le modèle économique des compagnies d'électricité est remis en question par la transition énergétique et les politiques de rémunération jouent par conséquent un grand rôle pour inciter la direction à aligner la stratégie de l'entreprise sur une économie faible en carbone. »

Non au charbon

Les neuf sociétés se sont toutes engagées à ne pas développer de nouvelles capacités de production au charbon et à réduire leur exposition actuelle. Selon Cristina Cedillo Torres, spécialiste du dialogue actionnarial de Robeco, il faut plus de transparence sur le calendrier de sortie des centrales au charbon.

« Le timing de cette opération est important pour comprendre l'impact financier futur sur les entreprises et les investissements qui seront nécessaires pour développer d'autres sources de production. La neutralité carbone ne peut être atteinte que si de nouvelles technologies et infrastructures sous-jacentes sont développées. Le stockage sur batterie, les réseaux électriques intelligents et le captage et stockage du carbone en sont quelques exemples. »

Une action climatique plus large

En tant qu'investisseurs actifs dans le domaine de la durabilité, l’engagement de Robeco et Lyxor auprès des compagnies d'électricité s'inscrit dans le cadre de l'action climatique plus large de l'initiative Climate Action 100+, une coalition mondiale d'investisseurs qui regroupe plus de 360 détenteurs et gérants d'actifs signataires avec 34 000 milliards de dollars d'actifs sous gestion.

Cette initiative vise à obtenir des conseils d'administration et des directions qu'ils s'engagent (entre autres) à adopter un cadre de gouvernance solide qui définit clairement la responsabilité du conseil et la supervision des risques et opportunités liés aux changement climatique, et à améliorer la communication d'informations conformément aux recommandations du TCFD.

Logo

Décharge légale Agree

Les informations présentes sur ce site Web sont destinées exclusivement aux professionnels. Un investisseur professionnel est : un investisseur qui, à titre professionnel, dispose d'assez de connaissances et d'une expertise et d'une expérience suffisantes pour pouvoir évaluer de manière adéquate les risques financiers liés aux décisions d'investissement prises par lui-même.

Les visiteurs de ce site Web doivent être conscients du fait qu’ils sont eux-mêmes tenus de respecter toutes les lois et règlements en vigueur dans leur pays.

En cliquant sur J'accepte, vous confirmez que vous êtes un investisseur professionnel. Si vous cliquez sur Je n'accepte pas, vous êtes orienté vers la partie réservée aux particuliers.

Je n’accepte pas